Diocèse d’Aire-et-Dax
https://landes.catholique.fr/Universite-de-la-Vie-2018-Vivre-avec-son-temps-Deuxieme-soiree
          Université de la Vie 2018 : Vivre avec son temps – Deuxième soirée

Université de la Vie 2018 : Vivre avec son temps – Deuxième soirée

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 25 janvier 2018
  • réagir
  • 0 vote

Organisée par Alliance Vita, l’Université de la Vie 2018 développe le thème : Vivre avec son temps.
Il est traité sur 4 soirées.

La deuxième soirée porte sur le rapport au temps.


Les intervenants sont :
* Valérie Boulanger : grossesse et maternité : vivre le temps. (Un temps long, d’attente et d’épreuve qui nécessite de la bienveillance.)
* François-Xavier Bellamy : en temps réel. (Être présent au présent qui est l’espace de l’attention à ce que nous sommes en train de vivre. Si l’espace diminue, notre présence réelle diminue. Le présent est le seul bien que l’on ne peut pas retrouver. Le présent nous donné comme un cadeau.)
* Tugdual Derville : décodeur bioéthique : être présent dans le débat (demande de la bienveillance).
* Caroline Roux : être présent auprès des plus fragiles. (La vraie présence est rare. Elle demande de cultiver son intériorité. C’est dans la présence et l’attention que se communique la vie.)

- Deuxième SOIRÉE

Extrait de l’intervention de Tugdual Derville

Être présent dans le débat : deux écueils :
* Être le clown mou du débat qui valorise l’autre.
* Avoir des arguments massues.

1- Mesurer la difficulté de l’être humain à accueillir la vérité. La vérité gène quand elle est perçue comme un rapport de force. Cela entraîne le déni.

2- Être présent, c’est :
* entrer avec sa vulnérabilité.
* consentir à la présence de l’autre : rendre hommage en moi-même à sa part d’humanité. Commune humanité que je partage.

3- Éprouver de la sympathie pour l’adversaire.
Perdre le désir de gagner ne signifie pas perdre le témoignage à la vérité.

4- 4 principes pour un débat bienveillant
a) Se définir dans le débat en refusant de définir l’autre. Ne pas mettre d’étiquette pour éviter de chosifier et d’instrumentaliser.
b) Partir des points d’entente.
c) S’accorder sur les désaccords pour permettre au débat d’avancer.
d) Envisager le point de vue de l’autre. Cela nécessite :
* de gravir sur la montagne de l’autre
* d’essayer d’aller épouser le point de vue de l’autre.
De sa colline, comment me voit-il ?
* de reconnaître que l’autre me fait bouger..

Conclusion
1- Plus on est sûr de ses convictions, plus on peut se remettre en question sans avoir peur de perdre le débat.
2- L’état intérieur avec lequel j’arrive se voit comme un nez au milieu de la figure. « Ce que je suis est plus fort que ce je dis ».
3- Lever les secrets amène de la libération. Le débat se fait alors dans la plus grande vérité et le plus grand respect de la vie des plus fragiles.

- Première soirée

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.