Diocèse d’Aire-et-Dax
https://landes.catholique.fr/Saint-Sever

Saint Sever

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 28 juin 2008
  • réagir
  • 0 vote

Saint Sever est venu d’Afrique du Nord avec St-Girons et six autres compagnons pour évangéliser l’Aquitaine. Son nom était en fait Severus : était-il apparenté à l’empereur romain du même nom (193 – 211), également originaire d’Afrique du Nord ? On peut s’étonner que notre région ait pu être évangélisée par des chrétiens d’Afrique du Nord. Mais au IVe siècle, le christianisme était très florissant dans cette région, alors colonie romaine. Saint Augustin, bien connu en Occident, n était-il pas évêque d’Hippone, en Numidie (Algérie actuelle) ?

Severus arriva à Morlanne (Mont des Lannes) où se situe aujourd’hui la ville de St-Sever. Il y aurait guéri Adrien, gouverneur romain de la place. Celui-ci se convertit au Christianisme, avec sa garnison Mais ce fut à cette époque (Ve siècle) l’invasion des « Barbares », Vandales puis Wisigoths ; ceux-ci, d’abord convertis au Christianisme, avaient ensuite adopté l’arianisme, par choix politique, en opposition à l’Empire Romain qui défendait la cause de l’orthodoxie chrétienne.
Cette doctrine, lancée au siècle précédent par Arius, prêtre d’Alexandrie, altérait fondamentalement la foi chrétienne, en portant atteinte à la divinité du Christ, car elle introduisait une différence de nature entre le Père, seul éternel, et le Fils, créé par lui. C’est en réaction à cette hérésie que l’on récitait dans l’ancien Credo, dit : "Symbole de Nicée" : "…engendré, non pas créé, de même nature que le Père" !

Ce fut alors un déchaînement de persécutions contre les Chrétiens, avec le martyre de St Sever, puis de son compagnon St Girons, décapités par les Vandales vers l’an 409.
Le tombeau de St Sever, sur lequel les miracles se multiplièrent, « forma le centre d’une nouvelle population chrétienne qui se perpétua au point que St Amand, évêque de Maestricht, fuyant la cour de Dagobert, trouva le terrain tout préparé pour édifier, avec une poignée de moines bénédictins, un monastère qui forma l’embryon de l’actuelle cité…Après l’invasion des Normands, au IXe siècle, le tombeau du saint et les bâtiments élevés à proximité, étaient ruinés ; c’est Guillaume Sanche, duc de Gascogne qui fonda par acte du 14 septembre 988, le monastère dont il fut le premier abbé. Dès lors s’ouvre toute une épopée dont les Bénédictins sont les héros. L’abbaye, avec sa force d’attraction, de part sa puissance temporelle et spirituelle à la fois, devait acquérir un destin de suprématie et de rayonnement extraordinaires… ». Elle possédait, au Moyen âge de nombreuses reliques dont la plus célèbre était le crâne du Saint. Cette dernière fut détruite lors des guerres de Religion. Nos moines firent alors appel à l’église Ste-Eulalie de Bordeaux qui possédait selon une tradition immémoriale, les restes de Saint Clair et de ses compagnons, dont Saint Sever (et Saint Girons). Ils obtinrent de l’archevêque la permission de retirer du reliquaire bordelais une partie des restes de Saint Sever en 1714. Le retour officiel eut lieu en 1716 ; le reliquaire actuel, offert par Mgr Playcard de Raigecourt, évêque d’Aire, date de 1783 (une démarche semblable fut conduite en 1897, pour le rapatriement d’une partie des restes de Saint Girons à Hagetmau).

Grâce à cette abbaye, la cité Séverine garde le souvenir du martyre de son saint patron qui, sans nul doute, inspira Clovis ! C’est, en effet, à la conversion de ce roi Franc que le Christianisme doit de ne pas avoir été submergé par l’hérésie arienne : ainsi conquit-il toute la Gaule du sud et repoussa-t-il les Wisigoths vers l’Espagne ! ***

Nous ne saurons jamais la part de légende attachée à Severus qui n’a pas l’honneur de figurer dans l’hagiographie officielle ; humble saint « de terrain », il a été canonisé par les fidèles qui croyaient en lui et, au cours des siècles, il le leur a bien rendu ! D’ailleurs, quatre autres communes portent également son nom : Dans le Calvados, les Hautes Pyrénées, la Charente Maritime et l’Aveyron !

*** Les Vandales envahirent la Gaule en 406, puis passèrent en Espagne peu après le martyre de St Sever, où ils donnèrent au pays qu’ils avaient conquis le nom de Vandalitia (Andalousie), avant de créer en Afrique du Nord un royaume puissant mais héphémère. Les Wisigoths, arrivés ensuite en 415, furent repoussés vers l’Espagne en 507 par la conquête franque.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.