Diocèse d’Aire-et-Dax
https://landes.catholique.fr/Saint-Girons

Saint Girons

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 28 juin 2008
  • réagir
  • 0 vote


D. Chabas nous le présente ainsi : « Saint Girons, apôtre d’Hagetmau au IVème siècle, s’établit au pays, venant d’Afrique, par Jérusalem et Rome. Il fut martyrisé et décapité par les Vandales vers 409, là où s’élevait l’église de Saint-Girons. Charlemagne, après la conquête de l’Aquitaine, s’arrêta à Hagetmau en 778, au tombeau de Saint Girons et fonda l’abbaye qui porta le nom de ce dernier. Charlemagne fit transporter une partie des reliques du saint à Bordeaux. Le trésor de l’église Sainte Eulalie conserve encore le précieux dépôt. L’église de Monein dont le patron est Saint Girons, possède aussi deux reliques du saint. Mais Mgr Delannoy, évêque d’Aire et de Dax en 1897, obtint de M. le curé de Sainte Eulalie une partie des reliques qu’on a fait entrer à Hagetmau au cours d’une manifestation grandiose comme on n’en avait vu dans la contrée…

…Que reste-t-il de ce glorieux passé, sinon la crypte de Saint-Girons, ce chef d’œuvre d’art roman classé monument historique ? L’abbaye disparue, seule l’église subsista. Au IXème siècle, un autre édifice religieux fut construit sur cette crypte. Détruit au XIVème siècle, on éleva sur les ruines une nouvelle église qui devait rester ouverte au culte jusqu’en 19O3. Elle fut rasée par la volonté du Conseil Municipal d’alors. Il ne reste donc que cette crypte, pur joyau de l’art roman où l’on trouve une voûte supportée par quatorze colonnes de marbre rouge de Campan avec des chapiteaux historiés de toute beauté. Les escaliers du Xème siècle sont fort curieux. La légende assure que les nourrices dépourvues de lait venaient se frotter aux colonnes de la crypte. La clé de voûte est l’image d’un évêque crossé et mitré. Est-ce Saint Girons ?... »

On sait donc très peu de chose sur Saint Girons, compagnon de Saint Sever, martyrisés tout deux à peu d’intervalle et de distance ; il en va ainsi de ces humbles saints locaux des débuts du Christianisme, ignorés de l’hagiographie et dont seules la légende et les pierres pérennisent la mémoire.
Si Hagetmau, contrairement à Saint-Sever, n’a pas conservé le nom de son saint apôtre, par contre elle garde son souvenir et honore son tombeau dans la crypte, classée monument historique en 1862. Celle-ci est coiffée par les éléments subsistant aujourd’hui de l’ancienne église St-Girons ; ceux-ci forment un bâtiment d’environ 20m de longueur et 12m de largeur à l’extérieur, que recouvre une toiture unique. A l’entrée de ce bâtiment, une porte fermée par une grille donne accès à une petite salle rectangulaire, de laquelle on descend dans la crypte par deux escaliers disposés aux angles.

Mais Saint Girons n’est pas oublié non plus :

  • A Monein dont l’église Saint-Girons, construite entre 1464 et 1520, est le plus important ensemble gothique du Béarn. Classée monument historique en 1913, elle représente « l’ensemble le plus complet et le plus achevé de l’église paroissiale de la fin du Moyen-âge. Puissant clocher qui domine la ville, double nef très pure, riche décoration sculptée, le tout surmonté d’une extraordinaire charpente. Cette véritable forêt d’un millier de chênes offre au regard sa beauté sereine et majestueuse, la légèreté complexe et sobre de ses hautes formes ». Une présentation unique, où le son et la lumière s’allient pour faire revivre ce chef d’œuvre, est proposée tous les jours aux visiteurs par la maison du Tourisme.
  • A Bordeaux, où l’église Sainte-Eulalie est l’une des plus anciennes fondations religieuses de la ville. En 1639, la chapelle Saint-Clair, dite « des Corps Saints », qui accueille aujourd’hui le Saint Sacrement, a été agrandie et aménagée afin de recevoir les sept châsses contenant les sept corps de sept saints martyrs, déposées en l’église par Charlemagne au IXème siècle et authentifiées par le Cardinal de Sourdis en 1610. Une partie des reliques de Saint-Girons est sans doute toujours du nombre.

Enfin quatre communes portent le nom du saint : Dans nos Landes, en Ariège, dans les Pyrénées Atlantiques et en Gironde, et la paroisse rassemblant les clochers autour d’Hagetmau n’est autre que la paroisse St-Girons de Chalosse !

L’histoire de Saint Girons étant intimement liée à celle de Saint Sever, vous trouverez sur ce site, dans la rubrique consacrée à ce dernier, un développement sur le contexte politique et religieux de l’époque.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.