Diocèse d’Aire-et-Dax
https://landes.catholique.fr/Retour-sur-la-conference-de-Mgr-Pierre-d-Ornellas-sur-la-fin-de-vie-18-03-16
          Retour sur la conférence de Mgr Pierre d’Ornellas sur la fin de vie (...)

Retour sur la conférence de Mgr Pierre d’Ornellas sur la fin de vie (18.03.16)

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 11 avril 2016
  • réagir
  • 0 vote

Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes et responsable du groupe de travail « Fin de vie » de la Conférence des Évêques de France, a donné une conférence le vendredi 18 mars à 20h 30 à l’auditorium du groupe scolaire Saint-Jacques-de-Compostelle sur le thème : « Vulnérabilité et technique, Enjeux cruciaux de la fin de vie ».


QUELQUES ÉCHOS AUTOUR DE TROIS MOTS DE L’INTERVENTION : VULNÉRABILITÉ, TECHNIQUE ET MORT.

* Revoir la loi Leonetti (adoptée à l’unanimité le 22 avril 2015) n’est pas que la mise en œuvre d’une promesse électorale. C’est avancer dans la réflexion de penser solidairement la fin de vie, parce que c’est un enjeu de fraternité. Penser à sa mort ou non (elle fait partie de la vie) fait entrer différemment dans une relation d’accompagnement d’une personne mourant.

* La loi du 2 mars 2002 permet au malade de participer aux décisions le concernant. Il y a AVEC le professionnel de santé un pacte basé sur la confiance.

* Notre vulnérabilité appartient à notre dignité. Notre grandeur est d’assumer notre vulnérabilité.

* Il est urgent qu’une formation aux soins palliatifs soit donnée à tous les professionnels de la santé pour que les personnes en fin de vie puissent accomplir leur fin de vie, de façon libre, sans y être conduites.

* La tentation est de s’enfermer dans un absolu technique dont la raison s’oppose à la transcendance, à l’attitude du serviteur souffrant (cf. livre d’Isaïe : quatrième chant du serviteur : 52, 13 - 53, 12).

* L’autonomie n’existe que si elle est relationnelle parce que l’être humain est relation.

* On peut préparer quelqu’un à la séparation et non à la mort parce que la mort est impensable.

* Le commandement le plus fort est « tu aimeras » et non « tu ne tueras pas ». Accompagner une personne en fin de vie, c’est lui permettre d’aimer elle aussi de tout son cœur et de toute son âme parce que l’être est fait pour aimer et être aimé.

- Voir aussi l’article dans « Église dans les Landes » n° 404 (1er avril), p. 6

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Service diocésain de la pastorale de la Santé
Responsable diocésain abbé Olivier Dobersecq
48, rue Victor Hugo
40990 SAINT PAUL LES DAX

+335 58 91 58 93
mail
Plan d’accès