Diocèse d’Aire-et-Dax
https://landes.catholique.fr/Retour-sur-la-Halte-spirituelle-des-PHARMACIENS
        Retour sur la Halte spirituelle des PHARMACIENS

Retour sur la Halte spirituelle des PHARMACIENS

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 24 octobre 2018
  • réagir
  • 0 vote

Très belle halte spirituelle les 20 et 21 octobre dans un très beau lieu qu’est l’abbaye cistercienne Sainte Marie du Rivet à AUROS (33124) sur le thème est « L’hospitalité : devoir du soignant, devoir du croyant ».


SŒUR BLANDINE, en charge de l’accueil des hôtes, a partagé sa longue expérience de sœur hôtelière avec beaucoup de simplicité et de vérité.
Elle constate que « Le Rivet » est un lieu de paix et d’harmonie. Elle le ressent plus particulièrement au réfectoire lors des repas pris communautairement.
- Accueillir, c’est être soi-même et tenir un langage vrai qui favorise le cheminement de chacun, selon son rythme, même si cela coûte. Parler vrai (expliquer) porte des fruits dans le temps.
- Dire non, ce n’est pas (forcément) rejeter ; c’est aussi respecter la personne et permettre à l’échange de repartir sur de nouvelles bases.
- Accueillir, c’est aussi tenir compte du lieu et le respecter.
- Accueillir des personnes fragiles (de jour comme de nuit) demande des compétences.
- La clôture monastique ne met pas la communauté hors du monde mais lui permet de vivre sa vocation dans le monde. Aussi, l’hôtellerie fait partie intégrante de la vie de la communauté.
- Dieu ne sait pas compter ; nous, oui : « œil pour œil, dent pour dent ».

* Quelques échos de l’intervention du DR JOËL CECCALDI, médecin honoraire des hôpitaux, doctorant en philosophie pratique, donnée sur deux jours
Il part du constat que l’hospitalité met en présence deux êtres : un (une personne, une communauté, une institution…) qui reçoit et un qui est reçu (perçu généralement négativement). Cela se passe dans un espace « temps » (qui se déroule ou qui est à saisir) et un lieu (limité ou non).
Est-ce que j’accueille l’autre avec ou sans justification ?
L’hospitalité demande l’engagement des deux êtres.
« Tu dois me faire confiance » est une phrase plus violente qu’il n’y parait spontanément car elle malmène le consentement qui repose sur le choix et la liberté.
L’intervenant continue sa réflexion à partir d’Aristote, Kant, Levinas, Derrida, Jacques Ricot et Paul Ricœur.

Un échange a été vécu après le visionnage du reportage : « Accueillir l’Autre – Le Bon Larron »

Sans oublier la participation à la vie liturgique de la Communauté.

Photos sur la page Facebook de la pastorale de la santé.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.