Diocèse d’Aire-et-Dax
https://landes.catholique.fr/Mon-chemin-vers-Compostelle-suite
          Mon chemin vers Compostelle (suite..)

Mon chemin vers Compostelle (suite..)

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 3 février 2012
  • réagir
  • 0 vote

Le départ


Que dire de l’émotion du premier jour ?
On me conduit fin d’après midi à Ronceveaux, le sac à dos, lourd, dans un refuge, des alignements de lits superposés autour desquels fourmillent
des centaines de pèlerins. A mon tout dans ce brouhaha je cherche un matelas disponible, je repère les sanitaires, m’informe des horaires du repas et de la fermeture des portes.

Ce lieu me rappelle un court instant mon premier soir de pensionnat au dortoir du lycée, des rangées de lits superposés, des têtes inconnues, du bruit beaucoup de bruit. Les refuges comme les lycées ont leur discipline, les hospitaliers sont là pour faire respecter l’organisation

Premier jour de juin je prends enfin ce chemin mythique.

Première observation, être attentif au balisage, flèches peintes en jaune sur tous supports, pierre, poteau électrique, piquets, bords de trottoirs ou coquilles bleues et jaune.

Deuxième observation : bien gérer son temps, sa nourriture, son budget, afin d’être libéré de toute contingences matérielles et n’être qu’au chemin.

Première semaine, mon corps et mon esprit ne font qu’un. J’entre dans un monde nouveau, un univers, l’infini, plus de frontières, le ciel et la terre et MOI.

Petit à petit j’apprivoise le chemin, je me l’approprie dans la solitude, la réflexion, le questionnement. Le dépouillement absolu dans lequel je me trouve, laisse en moi un vaste espace de liberté de pensée. Cet état me permet de réfléchir à tout ce qui encombrait ma vie d’avant, d’analyser, décrypter, avec lucidité, sans tricher, sur ce chemin on ne peut tricher avec ses pensées, ses émotions, sa fatigue, ses mensonges. Pendant des jours et des semaines il en sera ainsi jusqu’au terme du voyage.

Ce cheminement intérieur n’aura été possible que grâce à notre mère nature, et à cette mosaïque de toute humanité qui chemine avec moi.

Chaque matin est nouveau, le soleil se lève et petit à petit dévoile un ciel lumineux qui réveille les couleurs, les parfums, les oiseaux s’en donnent à cœur joie. Elie, un pèlerine Hollandaise qui m’accompagne depuis Léon me disait en bon français en parlant des oiseaux : « écoute Marie c’est un concert pour toi »
Quelques lézards vert fluorescent, des salamandres traversaient les chemins presque sous mes pieds. Il m’est arrivé de prendre des sentiers sous une voûte de genêts, ne laissant rien apparaître du ciel et m’enivrant de leur parfum. La beauté de la nature ce sont aussi des haies d’églantiers de chèvrefeuilles, de rosiers qui dégoulinent sur les clôtures et les ruines des villages abandonnés, c’est aussi des champs de blé qui ondulent et changent de couleur au gré du vent, illuminés du rouge flamboyant des coquelicots, c’est aussi l’odeur des pins et des eucalyptus géants.
Tous mes sens sont en éveil, je fais partie de ce tout, en communion avec cette nature si riche, vivante, tout aussi belle par temps d’orage sous la pluie, qu’au soleil. Par temps de pluie le poncho est de sortie, la bosse du sac nous fait ressembler à Quasimodo, le paraître a bel et bien disparu.
Le soleil se levant à l’Orient projette mon ombre devant moi, grandeur nature, puis petit à petit le soleil me contourne et la silhouette s’estompe, il est temps de chercher un refuge, car en Espagne le soleil au Zénith est torride et vous assomme.
Il faut savoir qu’en Espagne on ne réserve pas sa place dans les refuges, si ce dernier est complet, on ne laisse jamais un pèlerin dehors, d’où l’utilité du tapis de sol.

[A suivre]………. Dernier épisode : les rencontres et l’arrivée.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Paroisse Tursan-Sainte-Marie
Curé : Delord Jean Paul
5, sentier des Jardins
40320 Geaune

E-mail
Tél. : +335 58 79 30 78
Plan d’accès