Diocèse d’Aire-et-Dax
https://landes.catholique.fr/L-equipe-diocesaine-en-formation-a-Lourdes
      L’équipe diocésaine en formation à Lourdes

L’équipe diocésaine en formation à Lourdes

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 30 janvier 2018
  • réagir
  • 0 vote

Deux membres de l’équipe de la pastorale des migrants et le Père Massarini ont rejoint la session organisée par la fondation Jean Rhodain à la cité Saint-Pierre avec pour thème « hospitalité et identités fragilisées ».



Onze prêtres, un évêque émérite, un diacre et une centaine de personnes des diverses chaires Jean Rhodain de Paris, Toulouse et Lyon, des membres de la Diaconie du Var, des délégués diocésains à la pastorale de plusieurs diocèses, des membres de l’équipe Secours Catholique de Calais, de l’équipe Young Caritas du diocèse d’Evry, du GAF (groupe amitié fraternité du Secours catholique) de Toulouse – initiatives innovantes avec les personnes en grande précarité, du Centre National de Lutte Contre l’Exclusion.

Un parcours passionnant qui nous a rappelé que l’hospitalité est une très ancienne tradition qui sera honoré dans la Bible par l’accueil des trois passants qui se révèleront être des messagers, faisant des hôtes des êtres divins. Elle sera reprise dans les codes de la société grecque qui créera le statut ‘hostis’ : résident concernant les personnes étrangère demeurant dans un territoire.
C’est l’apparition de l’idée de nation qui transformera l’étranger en ennemi. Puis nous abordons la situation contemporaine : après les attentats du Bataclan et du marché de Noël, des cohortes de réfugiés sont arrivées par voie terrestre en Europe centrale pour devenir des ‘migrants’ mais aussi des objets de traitements différents.

Le nouveau cadre législatif s’inscrit même en contrechamp des droits internationaux et nationaux. Il entraine un traitement déshumanisé de réalités multiples qui exigent une écoute plus aigüe et des réponses plus adaptées. Les associations habituées à accompagner se sont trouvées déboutées dans leurs pratiques, rejetées de nombreuses fois et accusées d’être complices des réseaux organisés de trafic humain.

Leur proximité avec les diverses situations les ont conduit à critiquer les nouvelles dispositions voulant exclure les migrants des lois traitant les personnes en grande précarité. C’est alors que la solidarité, ferment d’humanité, a mis sur pied le programme Welcome avec JRS (Jeunes Réfugiés Service) : un réseau de familles prêtes à accueillir et accompagner des migrants qu’ils soient mineurs ou adultes un temps déterminé durant le traitement de leurs dossiers.
Sur Évry, les jeunes qui ont créé Young Caritas proposent divers services de proximité (café chaud dans les files d’attente des préfectures, français, langue étrangère, équipes sportives, équipes découvertes culturelles) et incluent les migrants dans les équipes au service.
Les ateliers ont ouverts des perspectives sur la richesse des textes d’enseignement social de l‘Église qui peuvent être source. Il a été redit que l’hospitalité est un mouvement à double sens qui, si elle fragilise, ouvre des horizons nouveaux.

L’expérience des lieux d’accueils innovants nous fait prendre conscience que le fondement de la relation juste, avant d’être l’aide, est l’écoute de la personne, pour, avec elle, retrouver la dynamique humaine du projet qui fait redevenir partenaire. Le travail permet que le plus fragile socialement soit investi à nouveau. S’impose alors de repenser une gouvernance pour qu’elle puisse durer. C’est cela qui va permettre une reconstruction.
Ce sera ensuite un temps de partage avec l’expérience de la réalisation d’une œuvre d’art avec des personnes ayant un grand handicap psychique.

Nous avons été invités à nous pencher sur l’arsenal juridique mis à notre disposition : mondial, européen et national. Nous avons en même temps été invités à porter notre regard sur celui qui se créé, dynamisant les réseaux, afin que les choix politiques à venir traduisent un choix responsable (selon les rédacteurs des textes) et ouverts à la construction d’une humanité qui conserve une parole digne.
Forts de ces témoignages, des divers apports, les échanges dans les temps informels font prendre conscience de la nécessité de travailler en réseau pour une efficacité plus grande. Conscients que si l’accueil ne peut être illimité, l’hospitalité ne peut être qu’inconditionnelle, et que, s’il nous arrive d’accompagner à la limite de l’illégalité nous ne sommes jamais dans l’illégitimité.

Nous repartons heureux, sachant qu’ensemble, nous sommes sur les frontières, attachés à édifier un monde à visage humain, offrant à chaque vie de goûter la joie de l’existence. Comme nous le redit la Bible :

« N’oubliez pas l’hospitalité : elle a permis à certains, sans le savoir, de recevoir chez eux des anges » He 13, 1-2


Bernard Massarini c.m.
Evelyne Kubiyama, Bénédicte
Tcha

- Pour mieux comprendre et agir, le site national

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.