Diocèse d’Aire-et-Dax
https://landes.catholique.fr/L-abbe-Herve-nous-parle-du-Careme
        L’abbé Hervé nous parle du Carême

L’abbé Hervé nous parle du Carême

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 7 mars 2014
  • réagir
  • 0 vote

Le Carême est le temps de préparation à la fête de Pâques


(ici pour imprimer) Qu’est-ce que le Carême ?


Le Carême est le temps de préparation à la fête de Pâques, cœur de la foi chrétienne qui célèbre la résurrection du Christ. Le Carême commence le Mercredi des cendres – mercredi 5 mars 2014 – et s’achève le samedi saint au soir, veille de Pâques – samedi 19 avril 2014.
La Semaine sainte - dernière semaine de Carême – qui commence avec le dimanche des Rameaux, commémore la Cène, la Passion et la mort du Christ sur la croix. Le Samedi saint au soir et le dimanche de Pâques , les chrétiens célèbrent la Résurrection du Christ.

Un temps de conversion
La durée du carême – quarante jours sans compter les dimanches – fait en particulier référence aux quarante années passées au désert par le peuple d’Israël entre la sortie d’Egypte et son entrée en terre promise : elle renvoie aussi aux quarante jours passés par le Christ au désert (Mathieu 4, 1 – 11) entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements.
Le Carême, temps de conversion, repose sur la prière, la pénitence et le partage. La pénitence n’est pas une fin en soi, mais la recherche d’une plus grande disponibilité intérieure. Le partage peut prendre différentes formes, notamment celle du don.

Le mercredi des cendres, premier jour du carême
Le mercredi des cendres, premier jour du Carême, est marqué par l’imposition des cendres : le prêtre dépose un peu de cendres sur le front de chaque fidèle, en signe de la fragilité de l’homme, mais aussi de l’espérance en la miséricorde de Dieu.
Tout en le marquant, le prêtre dit au fidèle : « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle » . L’évangile de ce jour est un passage de saint Mathieu - chapitre 8, 1 à 6 et 16 à 18 – qui invite les fidèles à prier et agir, non pas de manière orgueilleuse et ostentatoire, mais dans le secret de son cœur.

Pourquoi jeûner ?
Le jeûne a pour but de donner soif et faim de Dieu et de sa Parole. Il n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage et à l’aumône.

Quelles sont les recommandations de l’Eglise concernant le jeûne ?
Lorsque le carême s’est constitué comme temps de pénitence au 4ème siècle, l’obligation du jeûne était très rigoureuse : un seul repas le soir sans viande, ni œuf, ni laitage, ni vin. Il s’est progressivement adouci.
Actuellement , depuis 1949, le jeûne de carême est limité à deux jours : le mercredi des cendres et le vendredi saint. L’Eglise ne nous ordonne de jeûner que deux fois l’an, ce qui est fort peu. Si on prend un repas à midi, on ne prend qu’une légère collation le soir. Sont dispensés de jeûner en carême les personnes de plus de 60 ans, les jeunes de moins de 18 ans accomplis et les femmes enceintes.

Pourquoi choisir de ne pas se nourrir ?
Jeûner, c’est se priver momentanément de quelque chose qui nous est nécessaire ou très agréable pour se donner le temps de retrouver l’essentiel.
Dans l’exemple du jeûne alimentaire, l’homme a besoin de nourriture sous peine de mourir de faim. Mais il peut choisir de ne pas se nourrir tout de suite. Avant que le manque de nourriture devienne une trop grande gêne, il a le temps de se rappeler que le repas nourrit son corps, mais qu’il a d’autres besoins à combler. Jésus pendant ses 40 jours de jeûne au désert dit : « Il est écrit que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui vient de la bouche de Dieu. »

Prenons Jésus au mot et imaginons des Paroles qui peuvent nourrir le cœur avant que la nourriture ne remplisse le ventre.
• Pense à celui que la misère privera de repas et prépare ton cœur à une forme de partage
• Médite sur ce qui te manque autant que le pain : quel soin je prends de ceux avec qui je vis ? Est-ce qu’ils savent qu’ils comptent pour moi ?
• Lis un texte d’évangile qui peut nourrir le cœur.
• Prends le temps de prier et confie à Dieu ce dont ton cœur a faim.
et
• rappelle-toi que si un rien te fait souffrir, un rien aussi peut faire plaisir
• Rappelle-toi que tu peux facilement être semeur d’optimisme et de confiance.
• Rappelle-toi que te bonne humeur peut égayer la vie des autres
• Rappelle-toi que tu peux, en tout temps, dire un mot aimable et qui ne coûte rien.
• Rappelle-toi que ton sourire non seulement t’embellit, mais qu’il éclaire l’existence de ceux qui t’approchent.
• Rappelle-toi que tu as des mains pour donner et un cœur pour aimer.

Le bonheur se donne, il suffit d’y penser… surtout en carême !

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Paroisse Saint-André-de-Port-d’Albret
Curé : Hervé Castets
10, rue du Général-de-Gaulle
40140 Soustons
Tél./Fax : +335 58 41 53 47
Véronique Capron
Plan d’accès