Diocèse d’Aire-et-Dax
https://landes.catholique.fr/L-Epiphanie

L’Épiphanie

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 4 janvier 2019
  • réagir
  • 0 vote

La Bibliothèque diocésaine vous invite à lire l’extrait du livre de Bernard Châtaignier, Vivre l’Avent,Noël et l’Épiphanie, dans la collection , Vivre, croire, célébrer aux éditions de l’Atelier, 1999, 175 p.
Cet ouvrage est disponible en prêt dans votre Bibliothèque diocésaine.


Ils venaient de l’Orient, du lieu où l’on attend le soleil levant ; ils venaient de l’attente, du pays des hommes où la nuit est l’espérance du jour qui vient. Ils représentaient l’humanité à l’affût de la moindre clarté.

La lumière venue d’en haut les guidait. Ils actualisaient l’aventure d’Abraham, le père des croyants, ils refaisaient la marche du croyant, le route de l’humanité quittant son incrédulité et partant à la recherche de l’inconnu.

Ils sont païens et ils sont de la race d’Abraham, ils sont l’accomplissement de première parole de Dieu à Abraham, père des croyants : "par toi se béniront toutes les nations de la terre" (Genèse 23,3).

Ils annoncent la paix entre les nations, ils révèlent que les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse.

C’est pour cela qu’ils sont l’inquiétude Hérode et de sa cour ; ils sont païens et croyants, critique radicale de la foi installée, du pouvoir établi.

Eux qui sont dans l’ignorance, ils sont pourtant le questionnement qui oblige à faire mémoire et à se rappeler la parole du prophète Michée qui annonce la naissance à Bethléem.

Ils sont l’épreuve de vérité, ils vont à la lumière jusqu’au lieu de naissance du nouvel homme, du nouvel Adam, devant l’homme devenu Temple de Dieu, mystère de la présence.

Et là, ils font devant l’enfant ce qu’on fait au Temple, ils se prosternent. Ils offrent l’or, ce qu’ils ont de meilleur, le trésor de leur vie, ils révèlent que l’enfant est révélation de Dieu.

Ils offrent l’encens, grain qui attend la flamme pour libérer le parfum, le grain qui attend le feu de l’amour de la charité : ils révèlent que l’enfant est présence de Dieu, don de la prière, désir de rencontre.

Ils offrent la myrrhe, parfum amer, signe d’amertume et d’espérance, de l’amertume changée en bonne odeur ; ils offrent le chant d’amour du cantique des cantiques, le bouquet de myrrhe pour l’Église à naître, pour le cœur de Marie, ils annoncent déjà la mort et l’embaumement, la bonne odeur du Christ qui restera sur le sein de l’Église.

Et ils partent sur un autre chemin, leur vie désormais placée sur une autre route.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.