Diocèse d’Aire-et-Dax
https://landes.catholique.fr/Homelie-lundi-Saint-Messe-chrismale-du-26-mars-2018
      Homélie lundi Saint - Messe chrismale du 26 mars 2018

Homélie lundi Saint - Messe chrismale du 26 mars 2018

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 29 mars 2018
  • réagir
  • 0 vote

Frères et Sœurs,
Chers frères prêtres et diacres,

La célébration de la messe chrismale constitue chaque année un moment de grâce où le diocèse tout entier peut se rassembler au cours de cette eucharistie présidée par l’évêque.


Bien sûr lorsque c’est la première messe chrismale présidée par le nouvel évêque dans son diocèse, cette grâce se charge d’une émotion particulière. Emotion pour le peuple de Dieu rassemblé dans la richesse de sa diversité, émotion pour l’évêque aussi, d’autant que je n’avais jusqu’à ce jour jamais présidé la messe chrismale, puisque c’est l’évêque titulaire du diocèse, et non l’évêque auxiliaire, comme c’était mon cas dans le diocèse de Rennes, qui préside cette eucharistie.

Voilà pourquoi je souhaite que cette belle célébration ait une tonalité d’accomplissement, d’envoi et de confiance, en pensant plus particulièrement à ceux pour qui nous allons bénir les saintes huiles : les catéchumènes, les baptisés et confirmés, enfants, jeunes ou adultes, les ordinands (le saint chrême est toujours prêt pour l’onction des mains des prêtres que le Seigneur nous donnera si nous savons les demander et les accueillir) et les malades qui sont portés de manière particulière par l’Eglise dans une société où seule une personne jeune et belle semble pouvoir continuer légitimement sa route.

Une tonalité d’accomplissement.
En refermant le livre (littéralement, en le roulant), le Christ affirme : « Aujourd’hui, s’accomplit cette Parole de l’Ecriture que vous venez d’entendre. »
Jésus nous montre, à travers la lecture du livre d’Isaïe, quels changements sont déjà à l’œuvre. -Les aveugles voient, afin qu’il y ait moins de mensonges, plus de vérité.
- Les boiteux marchent pour courir dans la voie de son Amour.
- Les opprimés sont libérés pour qu’il y ait davantage de liberté.
- Les sourds entendent afin d’écouter la Parole de Dieu.

Jésus, qui a reçu l’onction par excellence, puisqu’il est le Messie, veut faire de nous aujourd’hui ses porteurs de Bonne Nouvelle.
- Comment l’onction de notre baptême et de notre confirmation, nous permet-elle de mieux voir et de faire vivre plus de vérité ?
- Comment l’onction reçue le jour de notre ordination sacerdotale, nous permet-elle d’écouter la Parole de Dieu que nous avons la charge d’annoncer depuis notre ordination diaconale ? ---Comment l’onction des malades nous permet-elle, même boiteux, de continuer notre chemin, dans la liberté des enfants de Dieu ?

Sommes-nous conscients, frères et sœurs, que l’onction reçue dans les sacrements fait de nous des hommes, des femmes et des ministres ordonné garants de l’accomplissement dont le Christ est l’origine ?
Nous pouvons nous interroger : quels changements sont déjà à l’œuvre dans notre diocèse ?

Une tonalité d’envoi :
Vous le savez, le concile Vatican II a donné des réponses aux trois questions fondamentales de la vie chrétienne :
- Quelle est notre relation à Dieu, nourrie par sa Parole (à travers la constitution dogmatique sur la liturgie et celle sur la Révélation divine) ?
- Quelle est notre relation à l’Eglise ( avec une belle réflexion dans la constitution dogmatique sur l’Eglise) ?
- Quelle est notre relation au monde (constitution dogmatique intitulée « L’Eglise dans le monde de ce temps ») ?
C’est pourquoi l’enseignement du concile Vatican II fait partir le ministère ordonné de l’envoi des douze apôtres par le Christ.
Le ministère de l’évêque a bien été remis dans la succession apostolique, dans le sacrement de l’ordre dont on dira qu’il en a la plénitude.
Les prêtres ont été définis comme les collaborateurs de l’évêque dans le sacerdoce,
et le rétablissement du diaconat permanent a permis de redonner sa juste place à l’Eglise servante.
L’Eglise est donc faite de par son origine, sa structure comme peuple de Dieu, non pas pour elle-même, mais pour la mission dans laquelle chacun prend sa place. C’est pourquoi au jour du renouvellement des promesses de notre ordination de diacre et de prêtre, c’est toute l’Eglise qui manifeste ainsi son caractère apostolique dont l’évêque est le garant.

Une tonalité de confiance :
Devant les prêtres et les diacres de notre diocèse, avec les épouses des diacres, j’ai eu l’occasion de m’exprimer ce matin sur la confiance. Puisque nous sommes rassemblés en Eglise diocésaine, retenons simplement que la confiance est tout d’abord celle que nous mettons dans la Parole de Dieu, cela permet de ne pas se fier uniquement à notre propre sens. Cette confiance sera d’autant plus forte qu’elle sera humble, nourrie par la prière personnelle et communautaire de l’Eglise.

Vous le savez, Jésus ne fonde pas uniquement la confiance des disciples, il forge l’assurance des apôtres, ce qui fait qu’un disciple confiant devient un témoin fidèle.

La confiance est une condition de notre fidélité, celle-ci est en retour confirmée par elle.
Alors, avançons dans cette semaine sainte avec confiance, à la suite du Christ, quel que soit notre état de vie, dans l’assurance que les temps sont accomplis et que nous sommes tous appelés à en vivre et à en témoigner déjà en ce monde, grâce à l’onction de l’huile sainte qui ne cesse de se renouveler en nous.

+ Nicolas SOUCHU
Evêque d’Aire et Dax

Lire la méditation du matin

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

avril 2018 :

mars 2018 | mai 2018