Diocèse d’Aire-et-Dax
https://landes.catholique.fr/Conversion-missionnaire
        Conversion missionnaire

Conversion missionnaire

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 26 février 2019
  • réagir
  • 0 vote

Nous entrons en carême en ce mois de mars. Dans la liturgie nous retrouvons la couleur violette. Savez-vous que le violet est la couleur de la tempérance ? Dans notre monde agité de tous côtés, cette vertu (cardinale !) pourrait bien constituer notre effort collectif de carême.


C’est ce qu’exprime le pape dans son message de carême, en méditant cette phrase du chapitre 8, verset 19 de l’épitre aux Romains :

« La création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu. »

Voilà comment s’exprime le pape François dans le paragraphe intitulé : la force destructrice du péché :

« En effet, lorsque nous ne vivons pas en tant que fils de Dieu, nous mettons souvent en acte des comportements destructeurs envers le prochain et les autres créatures, mais également envers nous-mêmes, en considérant plus ou moins consciemment que nous pouvons les utiliser selon notre bon plaisir. L’intempérance prend alors le dessus et nous conduit à un style de vie qui viole les limites que notre condition humaine et la nature nous demandent de respecter. Nous suivons alors des désirs incontrôlés que le "Livre de la Sagesse" attribue aux impies, c’est-à-dire à ceux qui n’ont pas Dieu comme référence dans leur agir, et sont dépourvus d’espérance pour l’avenir (cf. 2,1-11). Si nous ne tendons pas continuellement vers la Pâque, vers l’horizon de la Résurrection, il devient clair que la logique du "tout et tout de suite", du "posséder toujours davantage" finit par s’imposer. »

L’intempérance qui constitue le contraire de la tempérance, y est très finement décrite avec son lot de violences physiques et verbales.

Quand on regarde la société française depuis ces dernières semaines, on ne peut que méditer ces propos du pape qui poursuit plus loin :

« Quand on abandonne la loi de Dieu, la loi de l’amour, c’est la loi du plus fort sur le plus faible qui finit par s’imposer. Le péché qui habite dans le cœur de l’homme (cf. Mc 7,20-23) – et se manifeste sous les traits de l’avidité, du désir véhément pour le bien-être excessif, du désintérêt pour le bien d’autrui, et même souvent pour le bien propre – conduit à l’exploitation de la création, des personnes et de l’environnement, sous la motion de cette cupidité insatiable qui considère tout désir comme un droit, et qui tôt ou tard, finira par détruire même celui qui se laisse dominer par elle. »

Voilà pourquoi, dans le cadre de notre réflexion diocésaine, « Témoigner de l’Essentiel », nous proposons durant ce carême 2019 de réfléchir à la conversion missionnaire.
En ce mois de mars, nous sommes invités à réfléchir à notre manière d’être missionnaire. N’hésitez pas à le partager avec des personnes qui n’ont pas encore fait cette démarche sur les essentiels. N’oubliez pas également de rejoindre les plus jeunes générations.

Prions pour les catéchumènes qui vivront leur appel décisif le 17 mars à la cathédrale d’Aire sur l’Adour.

C’est ensemble que nous aiderons à vivre cette conversion missionnaire, suivant l’appel du pape :

« Demandons à Dieu de nous aider à mettre en œuvre une chemin de vraie conversion. »

+ Nicolas SOUCHU
Evêque d’Aire et Dax

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.