Diocèse d’Aire-et-Dax
https://landes.catholique.fr/Chapelle-des-Templiers

Chapelle des Templiers

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 31 janvier 2007
  • réagir
  • 0 vote

Chapelle dite des Templiers, à Saint-André-du-Port-d’Albret

Au Moyen Âge, entre le Xlle et le XVe siècles, une grande foi habite le cœur des chrétiens qui ont besoin de références et d’affermir leur croyance.
A cette époque est née la marche des croyants de toute l’Europe vers Compostelle ("le Champ des Etoiles"), vers la " fin des terres habitées " (dit le "Finistère", partie de terre entre la ville de Compostelle et l’océan).

Les restes de l’apôtre saint Jacques le Majeur, apôtre de Jésus, martyrisé par Agrippa 1er en 44, aurait été, selon une tradition dont on ne connaît pas les origines, transportés à Compostelle.
Des milliers de chrétiens, aujourd’hui comme hier, sont venus et viennent encore honorer Saint Jacques à Santiago.

En ce temps là, l’ordre des Templiers (fondé en 1116) s’était donné pour mission de défendre les pèlerins qui se rendaient en Terre Sainte et à Compostelle.
Ces moines soldats avaient constitué des "Commanderies" pour protéger les pèlerins et faisaient office de "policiers" de la route. Ils avaient aussi le souci de les héberger et de les soigner.

"Maa" se trouve sur un chemin de Compostelle qui longeait l’océan. Il y avait ici une commanderie de Templiers sur le tuc de la citadelle. Ils y construisirent cette chapelle. Située dans le cadre d’un airial, au milieu de la forêt landaise, elle offre une halte apaisante.

Laissée à l’abandon, elle était en ruines au début du siècle dernier. Elle fut restaurée dans les années 1990-1999. La toiture a été entièrement reconstruite avec un lanterneau, comme à l’origine.

A l’intérieur, l’autel, de style roman, était cassé. Restauré par un compagnon tailleur de pierres de Soustons, il est maintenant placé dans le chœur de l’église de Moliets.
On a gardé le panneau central de la chaire du XVIIe siècle représentant saint Laurent qui figure à Compostelle aux côtés de saint Jacques. C’est d’ailleurs le vocable de la chapelle, saint Laurent de Maa (de la Mer, sans doute).
Le bénitier repose sur un plat de cuivre médiéval encastré , marqué de la croix des Templiers.
Sur le côté, au milieu du mur, on peut admirer une petite statue de saint Jacques en pèlerin de Compostelle.
Devant la table sainte, qui est vraiment d’époque, nous voyons incrustés dans le mur deux piliers en chêne qui devaient supporter l’ancien toit de l’édifice, dont le seuil paraît bien plus bas qu’aujourd’hui.
Dans le chœur, on peut voir les restes d’un autel galbé du XVIIe et deux colonnes en bois rescapées de la chute du toit.
Entre les deux colonnes, sur un socle de marbre, on découvre en miniature Notre-Dame de Toul, dorée à la feuille.

La chapelle porte le nom de "Capère". Lors de la restauration on a vu que cette chapelle était à l’endroit où elle a été construite.
Elle aurait été restaurée en partie au XVIe siècle.
La cloche datait de 1515. Elle fut encore restaurée à la fin du XIXe siècle, puis négligée et pillée de 1940 à 1989.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.