Diocèse d’Aire-et-Dax
https://landes.catholique.fr/Billet-de-spiritualite-pour-l-emission-radio-Le-Premier-Jour
        Billet de spiritualité pour l’émission radio Le Premier Jour

Billet de spiritualité pour l’émission radio Le Premier Jour

sur France Bleu Gascogne

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 3 mars 2017
  • réagir
  • 0 vote

Au début de son beau livre La joie de l’Évangile, le pape François déclare : « Il y a des chrétiens qui semblent avoir un air de carême sans Pâques » (n°6).
Ah ! Nous y voilà : mercredi dernier 1er mars, le temps du carême a commencé et il va durer un mois et demi. Pâques, ce ne sera que le 16 avril.


Carême


Quarante jours environ, c’est long… car, qu’on soit chrétien ou pas, au mot “carême” s’accrochent spontanément d’autres mots aux résonances austères : pénitence, privations, désert, jeûne, combat, conversion et renoncements de toutes sortes… C’est vrai : si le carême c’est bien cela, la perspective qu’il ouvre est aussi enthousiasmante que l’annonce, par votre médecin, que vous ne pouvez plus éviter un régime ou une cure d’amaigrissement. “Bonjour tristesse !”… Personne n’aime s’entendre dire qu’il a “une tête de carême”.

À vrai dire, je n’ai jamais rencontré qu’une seule catégorie de personnes qui “fasse carême” de bonne grâce, des personnes très attentives à ne pas s’écarter d’un régime qu’elles s’imposent, fait de modération, voire de restrictions sévères : ce sont les demoiselles qui préparent leur mariage… car elles ont une peur bleue de ne pouvoir, le jour J, rentrer dans leur robe blanche de mariée. Elles acceptent alors sans maugréer de se surveiller ou de se modérer aujourd’hui, pour que leur effort soutenu favorise demain la beauté de la fête qu’elles espèrent et qu’elles préparent ardemment et patiemment. Et cette ascèse-là, je le sais comme vous le savez aussi, peut durer bien plus de quarante jours…
Eh bien, je les remercie de m’avoir appris une manière d’envisager le vrai sens du carême chrétien : le carême est à la beauté de Pâques ce que le régime préalable est au port élégant de la robe de mariée.
Le carême chrétien, c’est d’abord accueillir, espérer et préparer la perspective de Pâques comme l’espérance du plus grand, du plus beau, du plus lumineux jour de l’année : Jésus qui était mort brise les chaînes de la mort ; “re-suscité”, il fait sauter les verrous de toutes les prisons qui nous tiennent captifs. Dans la joyeuse espérance de cette libération, le carême, du coup, est un temps de vigilance active :

- en surveillant notre gourmandise pour tout ce qui ne comble pas nos faims profondes, car « l’homme ne vit pas seulement de pain » ;
- en réévaluant nos capacités et nos faiblesses pour servir, car « tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu » ;
- en redécouvrant dans la prière que nous sommes bien plus aimés par Dieu que nous ne l’aimons en retour ; « le Seigneur ton Dieu, tu l’adoreras ».
Pour tous ces apprentissages, il faut du temps, beaucoup de temps… Mais si nous les vivons positivement et même joyeusement, c’est sûr, nous n’aurons pas des “airs de carême sans Pâques”.
Belle entrée dans le temps du carême.
Père Bernard Hayet
Radio France Bleu Gascogne, 05.03.2017

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.