Diocèse d’Aire-et-Dax
http://landes.catholique.fr/Vivre-un-dimanche-autrement
      Vivre un dimanche autrement

Vivre un dimanche autrement

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 12 octobre 2011
  • réagir

Vivre un dimanche autrement

Dans sa lettre du 29 juin 2007, intitulée Vivre un dimanche autrement, Mgr Breton invitait toutes les paroisses du diocèse à « vivre autrement » certains dimanches de l’année. Cette lettre évoquait divers enjeux de cette démarche : « Redécouvrir la place centrale du dimanche comme jour du Seigneur », « déployer la dimension communautaire du rassemblement dominical », entrer « dans une organisation de la catéchèse articulée à l’année liturgique », « rappeler la place centrale de
la liturgie comme lieu de transmission de la foi », et finalement « déployer le plus largement possible toutes les dimensions de l’eucharistie » comme lieu de la rencontre du Christ pour « ouvrir au plus grand nombre toutes les richesses de son amour ».

1. Les quatre dimensions d’un « dimanche autrement »

Le " autrement " ne réside pas dans la quantité de choses qu’il faudrait rajouter à la célébration dominicale. Il réside dans le déploiement de quatre grandes dimensions :

La dimension conviviale . Elle peut prendre la forme d’un café offert en début de journée, d’un apéritif le midi, d’un pique nique "tiré du sac", etc. Mais la convivialité doit aussi se sentir dans la manière d’accueillir les personnes, le sourire, le souci de mettre à l’aise les personnes peu habituées, ou encore des "petites attentions pratiques" (comme la prise en charge des enfants à certains moments pour que les parents puissent, par exemple, participer à un atelier sans avoir à les surveiller).

La dimension communautaire . Elle commence par l’invitation la plus large possible et le soin porté au premier temps de l’accueil : après l’aspect convivial, une activité commune simple (comme l’apprentissage d’un chant qui servira ce dimanche et tout au long du temps liturgique par exemple) peut aider à "rassembler" les personnes présentes. S’il peut être utile de prévoir des ateliers adaptés à différents âges, la dimension communautaire implique que l’on vive aussi la rencontre entre les générations. Enfin, il est important de ne pas oublier les absents : par exemple ; on peut prévoir de porter la communion aux personnes malades ou n’ayant pu venir.

La dimension catéchétique . Elle se décline en deux temps complémentaires . des ateliers (sous diverses formes), et un apport de type "enseignement" (court, pas plus de 20 minutes, et qui ne double pas l’homélie). Cet apport peut être commun à tous (prévoir cependant une activité parallèle pour les très jeunes enfants), ou mis en œuvre dans chaque atelier (si l’on dispose d’animateurs aptes à le faire).

La dimension prière et célébration . Cela va sans dire : le dimanche est le jour du Seigneur et il ne le serait pas sans la célébration de l’eucharistie « source et sommet de la vie chrétienne ». La liturgie ayant sa propre consistance, la messe ne doit pas devenir, ce jour là, le lieu de la mise en commun des ateliers ou le temps de "l’enseignement" catéchétique.

Pour préparer en paroisse ces deux "dimanche autrement" voir le dossier dans Église dans les Landes Bulletin religieux du diocèse d’Aire et Dax - N° 215 du 15 septembre 2007.

Ce travail s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Texte National pour l’orientation de la catéchèse en France (Conférence des Évêques de France, 2006).

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.