Diocèse d’Aire-et-Dax
http://landes.catholique.fr/Une-equipe-ACI-Action-Catholique-des-Milieux-Independants-temoigne
        Une équipe ACI (Action Catholique des Milieux Indépendants) témoigne

Une équipe ACI (Action Catholique des Milieux Indépendants) témoigne

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 2 mai 2012
  • réagir

J’ai vu un besoin, un manque...


Le livre des fragilités

- On pense souvent à la pauvreté matérielle. Depuis le sacrement des malades, j’ai découvert une autre sorte de pauvreté : j’ai eu l’occasion de porter 4 personnes d’une maison de retraite et j’ai découvert qu’elles étaient en attente de partage autour de la prière ou de la Parole. J’ai vu un besoin, un manque.

- Il y a aussi dans cette même maison des personnes qui aimeraient aller à la messe mais qui ne peuvent se déplacer loin. Rien ne leur est proposé dans cet établissement.

- J’ai vu lors d’une audience des petites gens mal traitées à cause de leurs petits revenus ; étant propriétaires de leur habitation ils ne pouvaient prétendre à aucune aide.

- La solitude est une pauvreté. Notre voisine commençait à perdre la tête et aucun de ses enfants ne prenait de décision…

- J’ai trouvé un emploi à une jeune femme au chômage, elle l’a refusé. C’est une grande déception pour moi.

- Pour les gens en attente de travail depuis longtemps, le rythme est dur quand ils doivent retravailler. Il faut les accompagner.

- J’ai des personnes à aller voir, et pourtant je temporise, je renvoie, je dis que je n’ai pas le temps…

Le livre des merveilles

- Depuis que je suis en ACI, j’ai une façon de réfléchir qui m’amène à me demander ce que je peux faire pour l’autre.

- Le service c’est aller vers les autres. Le lavement des pieds est le geste qui est devenu un des piliers de l’Église.

- 3 membres de l’équipe s’engagent à chercher les bons contacts pour permettre aux personnes de la maison de retraite d’assister à la messe ou de rejoindre un groupe de partage.

- Nous nous sommes occupés de notre voisine (vérifier ses repas, fermer les volets, répondre à ses coups de fil en pleine nuit !) car elle était vraiment isolée et loin de ses enfants.

- On ne doit pas réinventer des organismes spécialisés dans le service du frère. Il faut que chacun ait l’œil sur l’autre. Il importe que chaque baptisé ait ce réflexe de fraternité.

- La fraternité passe à travers de petits gestes : je fais attention autour de moi, je propose mes services à une dame qui n’a pas de voiture, je la ramène de l’église quand il pleut.

- J’étais seule le jour de Pâques, une amie voulait m’inviter, c’est moi qui lui ai offert de partager mon gâteau. Ma journée a été moins triste.

- Le premier enjeu, c’est le regard dans la vie courante.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.