Diocèse d’Aire-et-Dax
http://landes.catholique.fr/Un-miracle-de-saint-Pantaleon
        Un miracle de saint Pantaléon

Un miracle de saint Pantaléon

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 21 février 2009
  • réagir

<

Peinture murale, église saint Pantaléon de Campagne

L’abbé Victor de Marsan (1809-1868) fait appel à Louis Anselme Longa en 1866 pour décorer le chœur de son église paroissiale. Trois miracles de saint Pantaléon sont peints en grands panneaux à même le mur, surplombés par une étonnante Trinité dans la demi coupole.

Pantaléon est martyrisé à Nicomédie (dans l’actuelle Turquie) en 305, sous l’empereur Dioclétien. Parmi les miracles opérés par ce saint thaumaturge, la guérison d’un aveugle et celle d’un enfant mordu par un serpent sont les plus connus et seront représentés par Longa à Campagne.

Le peintre y ajoutera l’épisode du martyre de Pantaléon au cours duquel l’épée de son bourreau s’amollit comme cire. Dans une tunique qui n’est pas sans rappeler certains vêtements d’Afrique du Nord, Pantaléon se tient auprès de l’arbre où on l’avait attaché, face à la mer.
Derrière les soldats de l’empereur aux manteaux vivement colorés, se tient la foule émerveillée des témoins du miracle. Le milieu de la composition se situe au point même où semblent se rejoindre la main du bourreau, stupéfait, et celle du saint qui rend grâce au Ciel. Tandis qu’au loin, le soleil qui décline commence à rougir l’horizon de ses reflets couchants.
Commission diocésaine d’art sacré

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.