Diocèse d’Aire-et-Dax
http://landes.catholique.fr/Saint-Vincent-de-Xaintes
      Saint Vincent de Xaintes

Saint Vincent de Xaintes

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 28 juin 2008
  • réagir

On estime généralement que Saint Vincent aurait vécu au troisième ou quatrième siècle. A vrai dire nous ne connaissons pas grand-chose de ses origines et de son apostolat. Beaucoup de récits à son sujet sont considérés comme légendaires. IL est d’usage de penser qu’il fonda au IVème siècle (vers 350) le diocèse de Dax dont il fut le 1er évêque. Les raisons de son martyre militent pourtant en faveur d’une date plus précoce, comme nous le verrons plus loin.

Quoi qu’il en soit, Dax est déjà, à cette époque, une cité importante, avec une station thermale célèbre et des liaisons vers Bordeaux, Toulouse et Saragosse, par ces voies romaines qui ont eu tant d’influence sur la destinée de nos villes. Il ne pouvait donc être à l’écart du puissant mouvement d’évangélisation qui atteint notre région.

Le martyre de saint Vincent
Nous trouvons la trace de la passion à Dax de St Vincent, évêque et martyr, dans un manuscrit du VIIIème siècle. Son frère Loetus (ou Laetus) aurait été exécuté avec lui.
Pourquoi leur martyre ? La légende veut qu’ils aient refusé de sacrifier aux idoles, ce qui situerait l’événement avant la conversion de l’empereur Constantin Ier.
Ils pourraient également avoir été victimes de l’arianisme si l’événement se situe. après 313, date à laquelle Constantin accorda à la religion chrétienne, par l’Edit de Milan, le libre exercice du culte. L’empereur l’ayant encouragé par la suite, il est difficile d’imputer le crime aux autorités de l’époque. Par contre l’hérésie arienne est restée très puissante au sein de la Chrétienté longtemps après le 1er Concile de Nicée (325), auquel Constantin prit une part décisive pour le condamner. On sait également que plus tard, au début du Vème siècle, les « Barbares », Vandales puis Wisigoths qui envahirent la Gaule du sud, adoptèrent l’arianisme à leur tour. C’est lui qui est à l’origine du martyre de St Sever puis de St Girons en 409. Quant à Ste Quitterie, fille d’un roi Wisigoth arien, elle doit sa décapitation en 476, autant à sa conversion qu’au dépit amoureux de son prétendant !

L’église Saint-Vincent de Xaintes
 [1]
St Vincent et son frère ont été ensevelis à l’intérieur d’un temple païen affecté au culte chrétien par les lois de l’empereur Constantin 1er, après 353. On attribue à l’évêque Gratien la construction d’une basilique vers 506, dont on a retrouvé les vestiges. On peut voir dans le cœur de l’église actuelle, reconstruite en 1893, un pavement en mosaïque de cette époque. Le sarcophage en marbre blanc, qui sert de maître autel, serait le tombeau du saint. Il est encore aujourd’hui, vénéré comme tel. En effet, après une période d’oubli, les reliques du saint auraient été miraculeusement identifiées par la vierge Maxime au début du VIème siècle ! Sous l’église pourraient exister d’autres tombeaux des premiers évêques de Dax, puisque des fouilles récentes, au XIXème siècle, ont mis à jour, autour de l’église, des débris de constructions antiques et des sarcophages qui remonteraient au IVème siècle. Il s’agit probablement d’un cimetière où les chrétiens se seraient fait ensevelir auprès de St Vincent… d’où le nom donné au quartier, St- Vincent de Xaintes : St-Vincent des Saints. Mais St Vincent viendrait également de la ville de Saintes. Pour s’en convaincre, il suffit de parcourir des yeux les magnifiques vitraux qui ornent l’église dont certains illustrent la vie du saint :
Le premier représente St Vincent, avec l’inscription « Saint Vincent de Xaintes, premier évêque de Dax et martyr ».
A sa droite figure Saint Laetus, diacre, frère et compagnon d’apostolat et de martyre de St Vincent.
Le transept célèbre ensuite la geste du Saint patron :
Au nord, on voit de droite à gauche :

  • « Comment saint Vincent, parti de Saintes débarque à St-Jean de Luz ».
  • « Comment saint Vincent évangélisa la « Novempopulanie ».
  • « Comment saint Vincent ayant converti le temple de Lucine (l’Ilithyie des Grecs et la déesse romaine des accouchements) en oratoire chrétien, fonde le Siège épiscopal de Dax ».
    Au sud, sont figurés de gauche à droite :
  • « Comment SS. Vincent et Laetus, ayant refusé de sacrifier aux idoles, remportèrent la palme du martyre ».
  • « Comment se prêtait le serment décisoire dans la crypte et sur le tombeau de St Vincent ».
  • « Comment, après la translation du Siège épiscopal à Dax (XIème siècle) le chapitre de la cathédrale se rendait chaque année en procession à St-Vincent ».
    En 1993, à l’occasion du centenaire de l’église actuelle, une statue, en pierre blanche d’Angoulême, a été érigée à l’intérieur de l’église.

Enfin, il existe une autre église dédiée à St Vincent de Xaintes, elle se trouve à Laroin, près de Jurançon, dans les Pyrénées Atlantiques !

En saura-t-on un peu plus un jour ?

Notes

[1Martyre de Vincent et de Laetus

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.