Diocèse d’Aire-et-Dax
http://landes.catholique.fr/Rites-et-symboles-dans-la-liturgie,1732
          Rites et symboles dans la liturgie suite

Rites et symboles dans la liturgie suite

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 10 février 2010
  • réagir

Les rites de communion
Les rites de communion comprennent le Notre Père, le rite de la paix, la fraction du pain, l’immixtion, la fraction du pain, l’invitation à communier, la communion et la prière après la communion.

- Le Notre Père
Ici commencent les rites de communion. C’est donc avant la monition d’introduction que doivent arriver dans le chœur celles et ceux qui distribueront la communion, y compris aux malades.

- Le rite de la paix
Le rite de la paix commence par la prière qui demande à Dieu la paix et l’unité. Cette prière aboutit logiquement au geste de paix.
Le geste de paix n’est pas un "bonjour". C’est de la paix du Seigneur et non d’une salutation profane qu’il s’agit, lorsque le président ou le diacre dit : "Frères et sœurs, dans la charité du Christ, donnez-vous la paix." (et non "donnons-nous la paix"). Il s’agit de la « paix du Christ » et non de nos seuls sentiments.
Parce qu’il est le partage de la paix du Christ, ce geste est un acte nouveau. C’est un geste où l’on accueille la paix du Seigneur, plus forte que la nôtre, pour la donner aux autres, quels qu’ils soient ; c’est un geste où l’on s’engage à vivre en paix et à bâtir la paix, grâce à la paix que le Seigneur ressuscité nous offre, comme il l’a fait à ses disciples, le soir de Pâques : « La Paix soit avec vous » (Jean 20, 19).
C’est "la paix du Seigneur" que l’on donne, et non un "signe (ou un geste) de paix". Pour que le geste de paix apparaisse différent des salutations habituelles, on encourage les fidèles à se donner la paix en se donnant les deux mains.

- La fraction du pain
Ce rite signifie que le Corps du Christ a été brisé sur la croix pour nous être partagé aujourd’hui. Nous devenons un seul corps en communiant à l’unique pain de vie, qui est le Christ. Ce geste doit être simple et respectueux. On ne le fera pas dans le champ du micro…, ni même de manière ostentatoire.

- L’immixtion
Le prêtre met dans un seul calice un fragment d’hostie. Ce rite marque sous les deux espèces et de façon visible l’unité du Corps du Christ ressuscité. Belle prière du prêtre : « Que le Corps et le Sang du Christ réunis en cette coupe nourrissent en nous la vie éternelle. »

- La fraction du pain
Est accompagnée par le chant de l’Agneau de Dieu : il annonce que le Christ est le véritable agneau pascal, sacrifié puis partagé. Puisque ce chant accompagne la fraction, c’est la durée du rite de la fraction qui détermine la longueur du chant.

- L’invitation à la communion
"Heureux les invités au repas du Seigneur" et non pas :"heureux sommes-nous d’être invités…". L’invitation est lancée à tous les hommes, les présents comme les absents.

- La communion
Veillons à ce que les fidèles communient avec les hosties consacrées à cette messe.

  • on communiera en tendant la main ou en ouvrant la bouche.
  • Il est dit dans le récit de l’institution que Jésus « donna ». Cet acte est maintenu dans la liturgie : "les fidèles reçoivent le corps du Christ". Le communiant (hormis le prêtre) ne se sert pas lui-même, il reçoit le corps du Christ.
  • L’Église demande depuis le Concile Vatican II que la communion sous les deux espèces soit proposée et même répandue (Constitution sur la Liturgie n° 55 ; PGMR n° 240).

- Après la communion
L’autel doit redevenir entièrement nu. C’est à la crédence que se fera la purification de la patène, des ciboires, des calices. Si le célébrant est seul, cette purification se fera après la messe, car il doit garder à tout moment son rôle de présidence de l’assemblée.

- La prière après la communion
Cette prière est dite par le prêtre, au nom de l’assemblée, depuis le lieu de la présidence (et non depuis l’autel).

Les rites de conclusion
- Les annonces
Elles sont faites depuis le siège du président ou devant le micro d’animation.
Il n’est pas dit que c’est au président de toutes les faire.

- La bénédiction
Les diverses formules de Bénédiction solennelle que l’on trouve dans le missel soulignent combien tous ont besoin du Seigneur pour vivre dans le monde ce qu’ils ont reçu ; elles permettent de solenniser l’envoi avec un texte de circonstance.

- L’envoi
C’est l’envoi des fidèles en mission qui clôt la célébration : « Allez dans la paix du Christ ! » Notons que le prêtre ou le diacre ne dit pas : "Allons…", mais "Allez…", car il parle au nom du Seigneur qu’il représente sacramentellement et qui fut le véritable président de la célébration qui s’achève.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.