Diocèse d’Aire-et-Dax
http://landes.catholique.fr/Module-Heureux-d-esperer

Module "Heureux d’espèrer"

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 17 décembre 2012
  • réagir

« HEUREUX D’ESPÉRER »

Ce module voudrait faire découvrir la place de la Vierge Marie dans la vie des chrétiens, ou du moins dans la vie des catholiques.
Pourquoi aimons-nous Marie ?
Elle est pour nous un modèle de Foi. Elle a accueilli le projet de Dieu, elle s’y est engagé en acceptant d’être la Mère de Jésus.
« Je suis la Servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon ta Parole ! » Voici les paroles de Marie qui nous disent toute sa disponibilité et qui pourraient nous inspirer également dans notre vie chrétienne.

- Nous aimons Marie parce qu’elle a donné naissance à Jésus, le Messie Sauveur. En ce sens elle mérite le beau titre de Mère de Dieu.

- Nous aimons Marie parce que lors des Noces de Cana, elle a révélé sa délicatesse, sa prévenance, elle qui, la première, s’est aperçue qu’il n’avait plus de vin.
Marie se montre attentive à la vie des hommes, à nos pauvretés, à nos manques.
Lors des Noces de Cana, elle nous a révélé également la puissance de sa prière, de son intercession. Elle va pousser Jésus son fils à opérer son premier miracle dans l’Evangile.

- Nous aimons Marie, parce qu’elle est là, auprès de son Fils, même aux heures les plus dures, alors même que ses disciples se terrent. Elle est bien là sur le Golgotha, mère douloureuse.

- Nous aimons Marie parce que du haut de la Croix, Jésus nous l’a donnée pour mère. « Voici ta Mère » dit-il à Jean, à et travers Jean, à tous ses disciples.

- Nous aimons Marie parce que le Samedi Saint, alors que Jésus est dans le Tombeau, et que les Apôtres sont K.O. debout, elle est l’Eglise à elle toute seule, elle garde vivante la flamme de la foi et de l’espérance.

- Nous aimons Marie parce qu’après le départ de son fils, nous la voyons au milieu des Apôtres, joignant sa prière à la leur (Actes 1,14) et de cette prière jaillira la Pentecôte, le Don de l’Esprit Saint aux Douze, faisant d’eux des témoins ardents de Jésus Ressuscité.
En cela, Marie mérite le titre de Mère de l’Eglise.

- Nous n’adorons pas Marie, car elle n’est pas une déesse. Dieu seul mérite notre adoration. Mais nous aimons Marie, parce qu’elle est l’une de nous, une première de cordée.
Dans l’histoire, elle s’est révélée proche des plus petits (Bernadette de Lourdes). Tout ce qu’elle est, tout ce qu’elle a fait, elle sait qu’elle le doit à la Grâce de Dieu et non pas d’abord à son mérite. Elle reste accessible à chacun. Et sa prière, devenue célèbre, le Magnificat (p 26 encadré jaune) est devenue la prière des humbles.


ETAPE 1 : « JE VOUS SALUE MARIE »

1er Pas : visite à l’église
On peut aller à l’église de son village et repérer les images de Marie (statues-vitraux).
Que remarque-t-on ?
Peut être que c’est devant la statue de Marie que l’on vient faire brûler des cierges.
Peut être qu’on trouvera fixés au mur des Exvotos (Petites plaques de marbre pour exprimer un merci pour une grâce obtenue).
Qui vient se recueillir aux pieds de Marie ? (des chrétiens qui visitent une église et vont s’y recueillir ; au jour du Baptême des jeunes parents viennent présenter à Marie leur bébé ; au jour du mariage, les jeunes époux viennent confier à Marie leur avenir etc…)

Sais-tu pourquoi les catholiques aiment bien prier Marie ? Respecter la libre expression des enfants.
Puis la catéchiste peut égrener plusieurs raisons d’aimer Marie et demander aux enfants de choisir ce qui les touche le plus :

-  parce qu’elle est la mère de Jésus

-  parce qu’elle a dit « oui » lorsque l’ange lui a proposé d’être la mère du Messie

-  parce qu’elle a laissé son fils libre d’accomplir sa mission et elle est restée à ses côtés jusqu’au bout, jusqu’au pied de la croix.<br<
-  Parce que du haut de la Croix, Jésus l’a désignée comme étant désormais « notre mère ».<br<
-  Parce que Marie, femme de Nazareth, est l’une de nous, proche de nous, dans nos joies comme dans nos peines.

-  Parce que dans des lieux comme Lourdes, elle est venue réveiller notre foi.

On ne quittera pas l’église sans prier Marie. (Je vous salue Marie ou Chant Marie témoin d’une espérance p 27, ou prière improvisée pour demander à Marie qu’elle veille sur notre Profession de Foi.)

Pas n°2 : Découvrir la prière du « Je vous salue Marie ».

Pour les enfants qui ne connaissent pas cette prière, on peut la découvrir p 27 (avec une variante « et Jésus le fruit de vos entrailles » est devenu « et Jésus, votre enfant ».)
Depuis des siècles, cette prière a été égrenée, murmurée des milliers de fois. Nous allons essayer d’en découvrir l’origine.

Dans la Bible, le récit de l’Annonciation : Luc 1,26-38 p 8

1. Qu’est ce que l’ange vient proposer à Marie de la part du Seigneur ?
2. Essaie de repérer dans le texte, les sentiments, les émotions qui traversent le cœur de Marie ?
3. Par quels mots, Marie dit « oui » à la proposition que Dieu vient lui faire par l’intermédiaire de l’ange ? « Je suis la servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon ta Parole. » Ces mots soulignez les d’une couleur dans le texte.
4. Soulignez d’une autre couleur les mots de ce texte d’Evangile que l’on a repris dans la prière du « Je vous salue Marie »
Dans la Bible le récit de la Visitation (Luc 1,39-56)
Les jeunes vont le rechercher dans leur Nouveau Testament.

Texte : « En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte :
« Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors :
« Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ;Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais. »
Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle. »

Soulignez dans ce texte les mots que l’on a repris dans la prière du « Je vous salue Marie »

Pas n°3 : Découverte de Lourdes sur internet.

Aller surfer sur internet : www.lourdes-france.org/
Cette rencontre se passera au domicile de la catéchiste si elle a internet ou bien au presbytère (05 58 79 32 38).
Ou bien la catéchiste demandera aux enfants d’arriver à la séance avec les découvertes faites à la maison.

On cherchera :
-  le nombre et la date des apparitions.
-  le message de la Vierge Marie à Bernadette.
"Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quinze jours ?",
"Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde, mais dans l’autre"
"Allez à la source, boire et vous y laver".
"Pénitence, pénitence, pénitence. Priez pour les pécheurs"
"Allez dire aux prêtres qu’on bâtisse ici une chapelle et qu’on y vienne en procession"
« Que soy era immacuda Conceptiou » « Je suis l’Immaculée Conception »

-  La vie de Bernadette
-  A la rubrique miracles on peut aller lire quelques témoignages.

On peut parcourir ensemble les p 6 et 7 qui décrivent quelques lieux d’apparition de Marie dans le monde.

On montre aux enfants un dizainier et on leur apprend à s’en servir.
- un Notre Père
- dix Je vous salue Marie
- un Gloire au Père (« Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours et pour les siècles des siècles. Amen »).

Le pape Jean Paul II disait : « le chapelet, c’est ma prière préférée ». Pourtant, ça n’a rien de génial d’égrener des « Je vous salue Marie ». C’est une prière de pauvre, parce qu’on n’a pas toujours des choses géniales à dire dans sa prière.
Marie, à Lourdes, est apparue avec un chapelet à son bras et quand Bernadette récitait ses « Je vous salue », Marie lui souriait.<br<
Le chapelet, c’est un support matériel auquel on peut s’accrocher et qui nous oblige à donner 3 minutes au Seigneur et à Marie sa mère, dans nos journées.
On le dit lentement. On coule son cœur dans ces mots de la prière. C’est un moment de repos en présence de Marie.<br<

On terminera la rencontre par le temps de prière :
- Inviter les enfants à remplir en silence la case étape 1 de la p 22.
- Puis lire la prière suivante devant si possible une image de Marie :
« Marie, toi qui as dit « oui », toi qui as choisi de devenir « servante du Seigneur », toi qui est pour nous un modèle de foi, regarde-nous à quelques semaines de notre Profession de Foi.
Que notre « oui » soit un vrai oui !
Que nous sachions accueillir l’amour de Jésus et lui donner le nôtre tout au long de notre vie. »

- On invite chaque enfant à murmurer lentement un « Je vous salue Marie ».
On peut aussi égrener à l’aide du dizainier quelques « Je vous salue Marie » en déposant sur chaque grain : un merci, un visage, une souffrance, une joie, une peur, …
- On peut reprendre le chant : Marie témoin d’une espérance.

ETAPE 2 : « MES YEUX ONT VU TON SALUT »

Objectifs :
A travers la découverte de Siméon, et la rencontre d’un témoin, découvrir comment Jésus peut devenir notre espérance.

Pas n°1  :
Retour sur l’étape précédente p 30 du livret (a.2 ; b.2, c.3, d.1 et 3)

Pas n°2  : « Brainstorming » = Orage dans le cerveau, Délire
Au milieu de la table mettre une grande feuille de papier avec au centre écrite l’expression : « J’espère ». On distribue bics ou feutres aux enfants, et chacun garnit la feuille, avec ce qu’il espère. (On veillera à laisser un peu de place pour des expressions ultérieures)
Ce n’est pas une activité réfléchie mais spontanée… Respecter le premier jet…
Puis on relit le panneau et on laisse les enfants débattre sur ce qu’ils ont écrit.

Puis on lit les pages 4 et 5 et on compare. Nous retrouvons-nous dans ce que ces enfants ont exprimé ? D’après notre propre panneau, qu’est-ce qui ressemble, qu’est-ce qui est différent ?

Pas n°3  : Découverte de Syméon.
On découvre le texte d’évangile Lc 2,22-33 p 10 et les commentaires qui aident à sa compréhension.

- Où cela se passe-t-il ?
- Qui est le personnage principal ? Que sait-on de lui ?
- Qu’est-ce que Syméon révèle de Jésus ?
(Que cet enfant, Jésus, est le salut préparé à la face de tous les peuples, qu’il est la lumière de toutes les nations, et la gloire du peuple d’Israël)
- Pourquoi les parents sont-ils étonnés ?
- Que leur enfant soit ainsi accueilli et honoré.
- Quelle était l’espérance de Syméon ?
Il attendait la Consolation de son peuple Israël, le Messie promis.
- Quelle phrase prouve que Syméon est comblé de joie ?
« Maintenant tu peux laisser ton Serviteur s’en aller dans la paix ».

Regardons à nouveau notre panneau « brainstorming ».
- Quelle est la place des choses dans ce que nous espérons ?
- Y a-t-il une place aussi pour des personnes ?
- Quelles sont les personnes que j’espère ou qui nourrissent mon espérance ?
(Ex : j’aimerais avoir des amis. J’espère que mes parents vivront longtemps. J’espère que ma grand-mère qui est malade va guérir . J’espère un jour rencontrer le prince charmant. J’aimerais un jour avoir des enfants etc…
- Et Dieu, Jésus, peuvent-ils aussi devenir l’objet de notre espérance ?

A la fin de ce débat, on peut compléter notre panneau.

Pas n°4 : Notre prière.
Demander à chaque enfant d’écrire et de présenter au Seigneur une espérance profonde qui l’habite. Si les enfants sont d’accord, la catéchiste ramasse les papiers et les lit à haute voix en respectant l’anonymat. Il se peut que des enfants qui ont écrit des choses trop personnelles ne souhaitent pas que cela soit lu. On respectera cela.

On peut prier un Je vous salue Marie, ou reprendre le dizainier de la dernière fois.
On prend le chant : Prophète de l’espérance.

Pas n°5 : Rencontre d’un témoin.
On invite en équipe une personne de plus de 60 ans, qui peut donc témoigner d’une certaine durée de vie.
La catéchiste aura pris soin d’expliquer à cette personne que le groupe réfléchit sur l’espérance. Elle pourra l’inviter à lire avant de venir Luc 2,22-32.
La rencontre peut être nourrie de ces questions :
- Depuis que vous aviez notre âge, vos espérances ont-elles changées, évoluées ?
- La vie a-t-elle été toujours facile ? Y a-t-il des jours où vous avez risqué de perdre l’espérance ? Ces jours-là, qu’est-ce qui vous a aidé à tenir ?
- Et aujourd’hui, quelle est votre espérance ?
- Dieu, Jésus, a-t-il quelque chose à voir avec votre espérance ?
- Qu’est-ce qui est essentiel pour vous et que vous aimeriez nous transmettre ?<br<

A l’issue de cette rencontre, on peut demander aux jeunes ce qu’ils ont envie de retenir de ce que le témoin leur a partagé. On peut éventuellement compléter le panneau du « Brainstorming ».

On peut conclure cette étape 2, en faisant remplir aux enfants la bulle de la page 22 : « Et toi, qu’est-ce qui te donne de l’espérance ? »


ETAPE 3 : « FAITES TOUT CE QU’IL VOUS DIRA »


Objectifs :
- Découvrir la présence toute prévenante de Marie et sa puissance sur le cœur de son fils.
- Découvrir comment Marie renvoie toujours à Jésus.
(Facultatif : Revenir sur l’étape 2 à l’aide du jeu p 30 mais il n’apporte pas grand-chose, sinon de détendre les enfants.)

Pas n°1  : Mimer le récit des Noces de Cana (Jn 2,1-12 p 12)

On peut essayer de monter un mime.
Les personnages :
- Sont attablés : Marie, Jésus, le Maître du repas, les époux, … éventuellement des invités.
- Sont debout un ou deux serviteurs.
- Prévoir un récipient qui servira de jarre.

La lecture est assurée par la catéchiste qui fait des pauses aux versets 2, 5, 7, 9,10 et les jeunes doivent improviser gestes et attitudes en fonction du sens du texte. Cela les oblige à une certaine écoute. A chaque tableau, on peut discuter sur le bon choix des gestes et des attitudes. Tout le monde peut donner son avis.
Cet exercice a pour but de permettre aux enfants de s’approprier le texte.

Pas n°2  : Approfondissement des Noces de Cana
Si ce pas inaugure une nouvelle rencontre, on peut refaire rapidement le mime de la fois dernière ou relire le texte p 12 et les notes explicatives p 12 et 13.
Puis trois questions pour nous aider à mieux comprendre la place et le rôle de Jésus.

1. Quelles sont les phrases que prononcent Marie ? Et qu’est-ce que cela révèle de sa personnalité, de sa foi ?

-  « Ils n’ont pas de vin » : Marie est attentive. La première, elle a vu la catastrophe qui se prépare.
-  « Faites tout ce qu’il vous dira ». Marie a foi en son Fils. Elle espère en lui. Elle va pratiquement l’obliger à faire son premier miracle. Elle a une grande influence sur lui puisque Jésus va s’exécuter.

2. Qu’est-ce qu’on peut retenir du rôle de Marie dans notre vie de chrétien ?
(Elle est attentive à la vie de chacun de nous.
Elle nous conduit à Jésus et nous invite à l’écouter : « Faites tout ce qu’il vous dira ». C’est Jésus qui fait le miracle, ce n’est pas Marie.)

3. « Faites tout ce qu’il vous dira. »
Il nous faut donc écouter, obéir à ce que Jésus nous demande.
Tu commences à connaître un certain nombre de textes d’évangile depuis que tu fais du catéchisme. Essaie de te souvenir de ce que Jésus nous demande, de quelques paroles importantes qui peuvent guider ta vie.

Ex : « Aimez-vous les uns les autres » Jn 13 ,34 ; « Ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait » Mt 25 ; « Pardonnez à ceux qui vous ont offensés » Mt 6,12 ; « Tout ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux. » Mt 7,12 ; etc…

Pas n°3 : Temps de prière.
On peut inviter les jeunes à réfléchir et à remplir la case Etape 3 de la p 22
Puisque Marie est si attentive aux manques, aux besoins des hommes, pour qui aimerions-nous prier avec notre dizainier ?
Chant : Marie témoin d’une espérance.


ETAPE 4 :« « VOICI TA MERE » »

Objectifs :
Découvrir qu’être animé par l’espérance ne nous dispense pas de vivre des épreuves, mais elle nous aide à les traverser.

Retour sur la rencontre précédente : teste ta mémoire p 31

Pas n°1 : Marie au pied de la Croix
Lire Jn 19,25-30 et inviter les enfants à regarder la mosaïque sur leur livre.
Dans ce texte, dans cette représentation, qu’est-ce qui vous touche ?<br<
Qu’est-ce que ce récit révèle de la personnalité et du rôle que Jésus veut donner à Marie ?

-  Marie est une vraie maman. Elle accompagne son enfant sur son chemin de souffrance comme les mamans accompagnent leur enfant quand il est malade ou malheureux.

-  A travers l’apôtre Jean, c’est à chacun de nous que Jésus donne sa mère. Sur la croix le cœur de Jésus a été élargi par la lance du soldat. Mais sur la colline du Golgotha, le cœur de Marie s’élargit aussi pour devenir la mère de tous les croyants, la mère de l’Eglise.

Pas n°2 : espérer malgré les souffrances.

Relis les témoignages des pages 4 et 5. Repère les souffrances que l’on peut y deviner.
Et toi, si ce n’est pas trop personnel, pourrais-tu partager à ton équipe des moments difficiles que tu as pu vivre ?
Qu’est-ce qui peut nous aider à surmonter ces moments-là ? (Importance des parents, des amis, de l’équipe de caté, de la prière etc…)
Mettre en évidence que l’espérance ne gomme pas la souffrance mais aide à la traverser. On peut faire le lien avec les épreuves dont nous aura peut-être parlé le témoin. On peut aussi évoquer les souffrances qu’a dû connaître Marie (accouchement dans une étable, fuite en Egypte, son fils rejeté et crucifié).

Pas n°3 : Tous reporters.

Diviser l’équipe en 3 sous-groupes. Chaque sous-groupe s’isole et prépare un petit reportage pour un journal :
1er sous groupe : Présente Marie à quelqu’un qui ne la connaît pas.
2ème sous groupe : Présente les grandes étapes de la vie de Marie
3ème sous groupe : Pourquoi les chrétiens aiment Marie ?

Puis mise en commun.

Pas n°4 : Choisir Marie
Devant une belle image de Marie (statue, icône etc…), créer un climat de recueillement : fleurs, bougie, musique ? …
A quelques jours de la Profession de Foi, faire entendre aux enfants l’extrait d’évangile p 14 Jn 19,25-27… jusqu’à le disciple la prit chez lui.
Inviter les enfants dans le silence à accueillir Marie aussi comme mère, à la prendre dans leur cœur.
On pourra lire la courte prière de Patrick Lemoine p 26 « Je suis tout à toi Marie ».
Terminer avec le chant : Marie témoin d’une espérance. P 27


ETAPE 5 : « « NOTRE CŒUR N’ÉTAIT-IL PAS TOUT BRULANT ? » »

Objectifs : Découvrir que l’espérance chrétienne se fonde aussi sur la présence de Jésus au cœur de nos vies, tout particulièrement dans l’Eucharistie.

Pas n°1 : Se souvenir de l’étape précédente en s’aidant de la p 31 (étape4)
(1.Cléophas ; 2. Disciple ; 3. Vinaigre ; 4. Hysope ;
A. Croix ; B. Accomplies ; C. Jésus ; D. Femme)

Pas n°2 : le Récit des pèlerins d’Emmaüs.

Découvrir la BD p 16 et 17.

- D’après vous pourquoi en bas de la p 16, les deux disciples invitent Jésus à rester avec eux ?
(parce que sa parole les éclaire. Ils déclareront par la suite « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous tandis qu’il nous parlait sur la route et nous faisait comprendre les Ecritures. »)

- La page 17 ne comporte plus de bulles. Essayez d’imaginer ce qui a pu se passer dans cette auberge.
- On peut découvrir le récit complet à la page 20. Les enfants peuvent l’écouter en suivant les bulles de leur BD.

Pas n°3 : Rappel du plan de l’Eucharistie : p 21

On peut lire ensemble la page 21 et partager ensuite ce qui est nouveau pour nous, ce que l’on découvre un peu plus ou que l’on avait oublié.
Dans le récit des disciples d’Emmaüs, pouvez-vous repérer les 4 parties de la Messe :
1. Temps de l’accueil :
(versets 15, 16 et 17, Jésus s’approche, marche avec eux et s’intéresse à leur conversation, à leur vie.)
2. Temps de la Parole :
(versets 25 à 27 : Jésus leur explique dans les Ecritures ce qui concernait les évènements de la mort et de sa Résurrection)
3. Le temps de l’Eucharistie
(versets 30 et 31 : les disciples reconnaissent Jésus lorsqu’il bénit le pain, comme les chrétiens reconnaissent et accueillent Jésus présent dans l’hostie).
4. Le temps de l’envoi :
(verset 33 : les disciples se lèvent et repartent annoncer à Jérusalem qu’ils ont rencontré Jésus ressuscité.)

Pas n°4 : Prière

On peut découvrir le beau texte de la page 3 qui nous rappelle que Jésus est présent sur nos routes humaines même quand on a l’impression qu’il nous abandonne. (un peu comme les disciples d’Emmaüs)

Pas n°5 : Jeu des 7 Familles
Cartes à découper dans le supplément du catéchiste.
Distribuer 6 à 8 cartes par enfant selon le nombre d’enfants. Le reste constitue la pioche.
Le joueur n°1 cherche à compléter la famille de son choix en demandant à n’importe quel joueur un numéro manquant (de 1 à 7) de la série en question.
-Si le joueur possède la bonne carte, alors le joueur 1 peut continuer à demander une autre carte à qui il veut.
- Si le joueur ne possède pas la carte, alors le joueur n°1 pioche. S’il tombe sur la carte recherchée alors, il peut continuer à demander. Si la pioche est mauvaise, il passe son tour et c’est au tour du joueur placé à sa gauche de jouer.
Dès qu’un joueur réunit une famille, il la pose devant lui et peut poursuivre le jeu.

A la fin du jeu, celui qui a une famille complète doit présenter et expliquer ses cartes aux autres membres du groupe.

Cette activité, la dernière de l’année pourra se poursuivre par un petit bilan de l’année, un petit goûter pourquoi pas, et une grande prière de Merci pour tout ce que l’on a partagé et appris dans notre équipe.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.