Diocèse d’Aire-et-Dax
http://landes.catholique.fr/Le-Charisme-de-guerison-que-dit.html
          Le « Charisme de guérison » que dit notre Eglise

Le « Charisme de guérison » que dit notre Eglise

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 15 octobre 2012
  • réagir

Instruction sur les prières pour obtenir la guérison par Joseph Card. RATZINGER,
Préfet de la congrégation pour la doctrine de la Foi


Dans cet article je me pencherais sur un aspect qui concerne le renouveau charismatique catholique par un extrait de l’instruction Instruction sur les prières pour obtenir la guérison par Joseph Card. RATZINGER, Préfet de la congrégation pour la doctrine de la Foi (Notre pape Benoit XVI). C’est un sujet délicat, qui mérite de lire attentivement le document complet accessible
target="_blank">en ligne sur le site du Vatican en cliquant ici en cliquant ici ou target="_blank">téléchargeable en cliquant ici.

L’exercice du charisme de guérison nécessite une grande humilité, un grand respect de la doctrine et surtout une grande obéissance à la hiérarchie de l’Église car elle est un garde-fou contre l’orgueil ! Le père Tardif en a été le meilleur exemple !

Ce passage s’appelle Le « Charisme de guérison » dans le contexte actuel

L’histoire de l’Église n’a pas manqué de saints thaumaturges qui ont opéré des guérisons miraculeuses. Le phénomène n’était donc pas limité aux temps apostoliques ; cependant, le « charisme de guérison », sur lequel il est maintenant opportun de fournir quelques éclaircissements doctrinaux, ne fait pas partie de ces phénomènes thaumaturgiques. La question qui se pose est plutôt celle des assemblées de prière organisées exprès pour obtenir des guérisons miraculeuses parmi les membres malades, ou bien des prières de guérison à la fin de la communion eucharistique avec le même but.

Les guérisons liées aux lieux de prière (sanctuaires, près des reliques de martyrs ou des autres saints, etc) sont abondamment rapportées tout au long de l’histoire de l’Église. Elles ont contribué à populariser, dans l’antiquité et dans le Moyen-Âge, les pèlerinages dans certains sanctuaires qui sont devenus fameux pour cette raison, comme ceux de Saint-Martin de Tours, ou la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle, et tant d’autres. Le même phénomène se produit aujourd’hui aussi, par exemple à Lourdes, depuis plus d’un siècle. Ces guérisons n’impliquent pas un « charisme de guérison », parce qu’il n’y a pas de sujet porteur de ce charisme, mais il faut en tenir compte quand on entreprend d’évaluer doctrinalement les assemblées de prière en question.

En ce qui concerne les assemblées de prière qui se fixent comme objectif précis d’obtenir des guérisons - objectif, sinon dominant, du moins déterminant dans leur programmation - il est opportun de distinguer celles qui peuvent faire penser à un « charisme de guérison » vrai ou apparent, des autres qui n’entretiennent aucun lien avec un tel charisme. Pour qu’on puisse parler d’un éventuel charisme, il faut que s’impose comme déterminante pour l’efficacité de la prière, l’intervention d’une ou de plusieurs personnes ou d’une catégorie précise de personnes, par exemple les dirigeants du groupe qui animent la réunion. S’il n’y a pas de lien avec « le charisme de guérison », évidemment, les célébrations prévues dans les livres liturgiques, accomplies dans le respect des normes liturgiques, sont licites et souvent opportunes, comme c’est le cas de la messe pro infirmis. Si elles ne respectent pas la norme liturgique, la légitimité fait défaut.

Dans les sanctuaires se déroulent aussi d’autres célébrations qui, en elles-mêmes, ne visent pas spécifiquement à demander à Dieu des grâces de guérisons, mais qui, dans l’intention des organisateurs et des participants, comportent l’obtention de guérisons comme part importante de leur finalité ; pour cela, on organise des célébrations liturgiques, comme par exemple l’exposition du Très Saint Sacrement avec bénédiction, ou des célébrations non liturgiques, mais qui appartiennent à la piété populaire encouragée par l’Église, comme la récitation solennelle du chapelet. Ces célébrations aussi sont légitimes, pourvu qu’on n’en travestisse pas le sens authentique. Par exemple, on ne saurait mettre au premier plan le désir d’obtenir la guérison des malades en faisant perdre à l’exposition du Très Saint Sacrement sa propre finalité ; de fait, cette exposition conduit les fidèles à reconnaître l’admirable présence du Christ et les invite à s’unir en esprit avec lui, par ce lien qui culmine dans la communion sacramentelle.(26)

On ne peut attribuer le « charisme de guérison » à une classe déterminée de fidèles. En effet, il est clair que saint Paul, en parlant des divers charismes en 1Co 12, n’attribue pas le don des « charismes de guérison » à un groupe particulier (apôtres, prophètes, enseignants, dirigeants ou autres) ; c’est même une autre logique qui guide la distribution : « Mais tout cela, c’est l’unique et même Esprit qui l’opère, distribuant ses dons à chacun en particulier comme il l’entend » (1 Co 12,11). Par conséquent, dans les assemblées de prière organisées pour demander à Dieu des guérisons, il serait arbitraire d’attribuer un « charisme de guérison » à une quelconque catégorie de participants, par exemple aux dirigeants du groupe ; il ne reste plus qu’à se fier à la volonté souveraine de l’Esprit Saint qui donne à certains un charisme spécial de guérison pour manifester la force de la grâce du Ressuscité. Cependant, même les prières les plus intenses n’obtiennent pas la guérison de toutes les maladies. Ainsi saint Paul doit-il apprendre du Seigneur que « Ma grâce te suffit ; car ma puissance se déploie dans la faiblesse » (2 Co 12,9), et que les souffrances à endurer peuvent avoir le sens que « je complète en ma chair ce qui manque aux épreuves du Christ pour son corps qui est l’Eglise » (Col 1,24).

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.