Diocèse d’Aire-et-Dax
http://landes.catholique.fr/Homelie-du-1er-Octobre-2017

Homélie du 1er Octobre 2017

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 2 octobre 2017
  • réagir

26° T. O.
Mt 21,28-32

Cette parabole est particulièrement forte... et même un peu vexante : « Les publicains et les prostituées vous précèdent dans le Royaume de Dieu. »... Et nous qui faisons tout pour ne pas tomber dans cette situation ! Voilà ce que nous dit Jésus !

Cependant cette phrase ne devrait pas nous étonner. Il suffit d’ouvrir l’Evangile pour constater que Jésus est souvent entouré de gens « peu recommandables » mais des gens qui accueillent sa parole et se mettent généreusement à sa suite !

C’est que pour Jésus les étiquettes sont souvent trompeuses et la parabole illustre bien cela !...On peut dire oui et ne pas y aller, dire non et y aller. Autrement dit, ce qui compte aux yeux de Dieu, c’est l’histoire de notre liberté qui peut toujours se convertir, se reprendre et choisir le bon chemin. Et nous, nous avons l’habitude de juger sur un acte isolé, sur un mot tiré de son contexte, sur un titre, sur une réputation. Ici me revient la phrase de l’Évangile :« Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés. » Nous ne connaissons pas l’histoire de chacun ni d’où il vient, ni où il va. Dieu seul voit les cœurs, lui seul sait quelle est la vérité de notre oui ou de notre non. Et le regard qu’il porte sur chacun de nous est un regard d’espérance : il peut toujours se convertir !...

Écoutez cette autre parabole : il y avait, au centre du village, un énorme bloc de pierre informe qui défigurait toute la place. On ne savait même plus d’où il venait. Un jour, ce fut décidé : il faut l’ôter. Mais un sculpteur, venant d’un pays étranger, passa par là et apprit la nouvelle. Il vint se proposer.« Je peux faire de ce rocher une œuvre d’art dont vous serez fiers. » Marché conclu et, pendant des semaines, derrière la palissade qui entourait le bloc de pierre, on entendit travailler. Enfin, au bout de plusieurs semaines, on put dévoiler la sculpture et l’on découvrit un magnifique cheval. Applaudissements. Un enfant interrogea le sculpteur : «  comment savais-tu qu’il y avait un cheval dans ce bloc de pierre ? »
Ne jugeons donc pas ; restons humbles, ainsi que nous y invite saint Paul dans la deuxième lecture. Ayons comme Dieu, ce regard qui espère toujours trouver en chacun de nous, une merveille.

Nous voilà invités à changer notre vie. Oui, les prostituées et les publicains nous précèdent dans le Royaume, ils ont parfois une longueur d’avance sur nous, mais il est toujours temps de nous mettre à leur suite ! Nous qui souvent récitons le « Notre Père », quand nous déciderons-nous à faire sa Volonté ?... La foi, vous savez, n’est pas d’abord une question de rites et de dogmes, mais de conversion : nous décider à faire ce que Dieu attend de nous, à réaliser son rêve de fraternité pour tous les hommes. Retrouvons la radicalité de l’Évangile, celle qui anime les « convertis ». Ce qui est fade, en effet, ne se transmet pas.

Frères et sœurs, la véritable question restera toujours celle de notre conversion. Dieu nous renvoie sans cesse à notre liberté. Que cette eucharistie aide à nous situer dans le sillage de Jésus et de son Évangile.

Amen

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.