Diocèse d’Aire-et-Dax
http://landes.catholique.fr/Halte-a-Miramont-sur-les-chemins
          Halte à Miramont sur les chemins de St Jacques

Halte à Miramont sur les chemins de St Jacques

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 1er décembre 2012
  • réagir



L’abbé Roger répond aux questions de Jean Claude Lafargue


Devant le nombre croissant des pèlerins sur le « camino »,notre curiosité,nous a poussé à interroger , celui, qui ,dans notre paroisse est le plus proche d’eux :l’abbé Roger Laguian.

J.C.Lafargue  :Mr l’abbé, nous connaissons tous,le plaisir que vous avez de bien recevoir ces pèlerins qui font halte à Miramont. Par quelle voie, arrivent-ils chez vous ? Sont-ils nombreux et comment les accueillez-vous ?
Roger Laguian :Tout d’abord St Jacques de Compostelle, depuis de nombreuses années est devenu une destination à la mode. C’est l’engouement, le rêve de beaucoup, de faire le chemin, souvent en quête de spiritualité, mais aussi d’exploit sportif. Certains, le font d’une seule traite, d’autres par étapes successives, échelonnées sur plusieurs années…. 1600 Kms ! D’aucuns partent de chez eux, d’autres partent de Vézelay, d’autres de Tours, d’autres de Soulac, mais la plus utilisée c’est la voie du Puy qui passe par ... Aire, Miramont, Pimbo via Arzacq, vers St Jean Pied de Port, voie la plus balisée et aménagée en lieux d’accueil depuis une trentaine d’années
C’est vrai, j’ai plaisir de voir bien accueillis ceux qui passent à Miramont et Pimbo. A Miramont, passage obligé devant l’église …, et de suite vue imprenable sur les Pyrénées. Sur le coup de midi, halte devant la « table du curé », car à coté, il y a l’eau de source, toujours potable et parfois colorée. C’est l’occasion d’un premier échange avec eux, avec visite de l’église toujours ouverte, et qui s’illumine quand ils franchissent la porte. Çà les émerveille, témoin les traces qu’ils laissent sur le livre d’or….Autant est fait à l’église de Sensacq et à l’abbatiale de Pimbo, toutes les deux millénaires. Ceux qui ont décidé de faire étape à Miramont pour la nuit, se répartissent sur les différents points d’accueil ou tables d’hôte.
Au gîte communal de Miramont, ce sont des hospitaliers qui assurent l’accueil, le repas du soir, le petit déjeuner dans un gîte de 24 places, super bien aménagé. Les hospitaliers, sont des bénévoles qui ont déjà fait le chemin et sont inscrits auprès de l’association landaise de St Jacques. Ils assurent l’enregistrement des pèlerins, la comptabilité, les repas, les petits déjeuners, les nuitées ( 10 € la nuit)… et çà marche. Sur Miramont, environ 6000 personnes s’arrêtent chaque année : 2000 au gîte communal, 3000 dans les divers accueils et le reste dans les tentes sur le pré du presbytère ou au terrain de sport : le bonheur est dans le pré !
Démarche spirituelle me demandez-vous ?

J.C.L : Y a-t-il, chez tous ces pèlerins une démarche spirituelle ? Que recherchent donc, ceux qui n’ont pas cet objectif ?
R. L. :Que puis-je répondre, le chemin appartient à celui qui le fait, et toute démarche est personnelle. Certains me le confient parce que je suis prêtre et certains parfois se confessent. La démarche est dans chaque tête. « je fais le chemin dans ma tête ». Un couple m’a dit « notre enfant vient de se suicider, il avait 16 ans et nous ne savons pas pourquoi », un autre m’a dit « mon mari s’est découvert le cancer » Depuis, je suis devenu ami avec eux, le cancer a été dominé et ils m’ont invité chez eux. Que de confidences, étant un des rares prêtres rencontré sur le chemin !

J.C.L  : Votre belle église ,ouverte tous les jours, donne l’impression que ces pèlerins sont attendus : Mais, y pénètrent-ils tous ? Y a-t-il beaucoup d’étrangers ?
R.L. : En soirée, à partir de 18 heures (quand je suis disponible), je sonne les cloches. Ils savent que je les attends, soit pour la messe, soit un partage de l’évangile du jour, soit la bénédiction du pèlerin à l’église suivi du verre de l’amitié au presbytère suivi de nombreux échanges sur le monde, les prêtres, l’église, etc… C’est toujours joyeux, et parfois je descends au gîte pour le 2ème verre de l’amitié, ce qui permet à ceux qui ne sont pas montés de rencontrer le prêtre. Ce sont des pèlerins du monde entier (Amérique du Nord, du Sud, Européens du Nord ou du Sud, Australiens, Polonais, et de nombreux asiatiques), des jeunes avec leur aumônier et de plus en plus de familles avec les enfants. Des pèlerins de Dijon et de Besançon, avec leur curé pour la messe à Sensacq depuis de nombreuses années. Un constat aussi, les femmes de plus en plus nombreuses (40%) sur le chemin.

J.C.L  : En conclusion :,Partirez-vous ,un jour, sur le « camino «  ?
R.L. : Chemin de Compostelle, chemin de liberté et de libération : richesse de solidarités vécues et d’échanges vrais, pas de différence entre riches et pauvres, tous ensembles dans la même direction.
Tous admirent l’accueil chaleureux, la diversité et la beauté des paysages traversés, la rencontre avec les autres : pèlerins ou autochtones. C’est une vraie école de vie, au retour sur soi, à la rencontre des autres. Ayant fait moi-même le chemin de Miramont à la frontière avec un groupe de passage, et du Relais del Rey en Galice jusqu’à Compostelle avec un couple de Belges, je me demande si je ferai tout le chemin ? A savoir ? Aïe mes genoux….
Bon chemin à tous – vers Dieu - Amen

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Paroisse Tursan-Sainte-Marie
Curé : Delord Jean Paul
5, sentier des Jardins
40320 Geaune

E-mail
Tél. : +335 58 79 30 78
Plan d’accès