Diocèse d’Aire-et-Dax
http://landes.catholique.fr/Dieu-et-les-reves

Dieu et les rêves…

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 18 décembre 2016
  • réagir

https://fr.zenit.org/articles/bambi...Lorsque le pape François a rencontré la communauté de l’Hôpital pédiatrique Bambino Gesù (7000 personnes dont 150 enfants), le 15 décembre, il a déclaré : « Une vie sans rêves n’est pas digne de Dieu ; une vie fatiguée et résignée, où l’on se satisfait, l’on vivote sans enthousiasme, à la journée, n’est pas chrétienne ».


- À propos de la souffrance des enfants
Ta question sur les enfants qui souffrent est grande et difficile ; je n’ai pas de réponse, je crois que c’est bien que cette question reste ouverte. Jésus non plus n’a pas donné de réponse en paroles. Devant certains cas, qui se produisaient alors, d’innocents qui avaient souffert dans des circonstances tragiques, Jésus n’a pas fait de prédication, de discours théorique. On peut certainement en faire, mais lui ne l’a pas fait. Vivant au milieu de nous, il ne nous a pas expliqué pourquoi on souffre. Jésus, en revanche, nous a montré la voie pour donner du sens à cette expérience humaine : il n’a pas expliqué pourquoi on souffre mais, en supportant la souffrance avec amour, il nous a montré pour qui on l’offre. Pas pourquoi, mais pour qui. Il a offert sa vie pour nous et par ce don, qui lui a tellement coûté, il nous a sauvés. Et qui suit Jésus fait la même chose : plutôt que de chercher des « parce que », il vit tous les jours « pour ».

- Redécouvrir chaque jour la valeur de la gratitude, savoir dire merci
Dire merci, simplement parce que nous sommes devant une personne, est un médicament contre le refroidissement de l’espérance qui est une mauvais maladie contagieuse. Dire merci alimente l’espérance, cette espérance dans laquelle, comme le dit saint Paul, nous avons été sauvés (cf. Rm 8,24). L’espérance est le « carburant » de la vie chrétienne, qui nous fait aller de l’avant tous les jours. Alors c’est beau de vivre en personnes reconnaissantes, en enfants de Dieu simples et joyeux, petits et joyeux.

- La beauté des petites choses
Cela peut sembler une logique perdante, surtout aujourd’hui, avec la mentalité de l’apparence qui exige des résultats immédiats, le succès, la visibilité. Au contraire, pensez à Jésus : la majeure partie de sa vie sur cette terre, il l’a passée caché ; il a grandi dans sa famille sans hâte, apprenant chaque jour, travaillant et partageant les joies et les douleurs des siens. Noël nous dit que Dieu ne s’est pas fait fort et puissant, mais fragile et faible comme un enfant.

- Espaces étroits… espaces larges
Nous vivons à une époque où les espaces et les temps rétrécissent toujours plus… pas seulement des parkings pour les voitures, mais aussi des lieux pour se rencontrer ; pas seulement du temps libre mais du temps pour s’arrêter et se retrouver.

- Quelle devrait être la marque de fabrique du « Bambin Gesù » au-delà de ses capacités professionnelles, certainement indispensables ?
Je conseillerai deux ingrédients.
* Le premier est de garder vivants ses rêves. Les rêves ne doivent jamais être anesthésiés… Dieu lui-même communique parfois à travers des rêves (ex : visite de l’ange Gabriel à Joseph) ; mais il invite surtout à réaliser de grands rêves, même si c’est difficile. Il nous pousse à ne pas nous arrêter de faire le bien, à ne jamais éteindre notre désir de vivre de grands projets… Une vie sans rêves n’est pas digne de Dieu, une vie fatiguée et résignée, où l’on se satisfait, l’on vivote sans enthousiasme, à la journée, n’est pas chrétienne.
* Le second ingrédient, après les rêves : le don… Au fond, on peut vivre en suivant deux objectifs différents : en mettant au premier plan l’avoir ou le don… Nous sommes toujours devant cette bifurcation : d’un côté, faire quelque chose pour mes intérêts, pour le succès, pour être reconnu ; de l’autre, suivre l’intuition de servir, donner, aimer. Souvent les deux aspects se mêlent, vont ensemble, mais il est important de reconnaître lequel vient en premier.

- En savoir plus

- Lire également

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Service diocésain de la pastorale de la Santé
Responsable diocésain abbé Olivier Dobersecq
48, rue Victor Hugo
40990 SAINT PAUL LES DAX

+335 58 91 58 93
mail
Plan d’accès